MARTINET René, Fernand, Arsène

Par Jacques Girault, Jean-Marie Guillon

Né le 21 décembre 1906 à Bayons (Basses-Alpes), mort le 16 mai 1999 à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) ; instituteur ; militant socialiste SFIO des Basses-Alpes/Alpes-de-Haute-Provence, adjoint au maire de Sainte-Tulle.

Fils d’un garde des Eaux et Forêts, René Martinet reçut les premiers sacrements catholiques. Elève de l’école primaire supérieure de Digne, il entra à l’École normale d’instituteurs d’Avignon (Vaucluse) dans le contingent des élèves-maîtres bas-alpins. Il effectua son service militaire à Grasse (Alpes-Maritimes) et se maria le 25 février 1930 à La Brillanne avec Blanche Maillet, institutrice. Le couple eut trois enfants.

René Martinet fut nommé instituteur à Saint-Ours-de-Meyrones en 1925 et à La Bréole, puis obtint des postes doubles à Noyer-sur-Jabron en 1931, à Colmars-les-Alpes en 1932 puis, après sa mobilisation en 1939-1940, à Sainte-Tulle en 1941 où il fut, avec son épouse, directrice de l’école de filles, directeur de l’école de garçons et maître d’application, conseiller pédagogique après la Libération. Il était aussi une personne référente pour les enfants difficiles. En 1960, il devint directeur de l’école communale de garçons et du collège regroupés en « groupe scolaire du Mont d’Or » à Manosque où il termina sa carrière en 1961.

Membre du Syndicat national (CGT) puis du Syndicat national des instituteurs, Martinet, après la guerre, soutenait la majorité "autonome" du SNI et fut élu administrateur de la section départementale de la caisse de Sécurité sociale. Il militait ou appartenait aux mouvements coopératifs en rapport avec l’enseignement laïque.

Secrétaire de la section socialiste SFIO, René Martinet fut élu premier adjoint du maire socialiste SFIO de Sainte-Tulle de 1947 à 1959. Pendant cette période furent construits des logements HLM, un abattoir communal, une salle des fêtes, la première station de traitement de l’eau de la piscine et divers aménagements scolaires. Par la suite, il devint membre de direction fédérale de la SFIO des Basses-Alpes au congrès de juin 1960. Il fut encore reconduit par celui de 1965. Il continua à militer au Parti socialiste SFIO puis au Parti socialiste.

Militant laïque convaincu, il encourageait aussi le sport scolaire et périscolaire.

Ses obsèques civiles se déroulèrent dans l’intimité de ses proches.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140488, notice MARTINET René, Fernand, Arsène par Jacques Girault, Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 3 mai 2012, dernière modification le 28 avril 2021.

Par Jacques Girault, Jean-Marie Guillon

SOURCES : Nicolas Pagnier, Le Parti socialiste dans les Basses-Alpes de la Libération au congrès d’Epinay, Aix-en-Provence, mémoire de maîtrise d’Histoire (Aix-Marseille I), 1999, 126 p. — Renseignements fournis par le fils de l’intéressé et notes de Maurice Blanchard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément