MASCHIO Maurice, Ambroise, Augustin

Par Jacques Girault

Né le 25 novembre 1927 ; instituteur dans la Loire ; militant syndicaliste ; militant communiste, conseiller municipal d’Unieux.

Son père, cordonnier devenu facteur auxiliaire après des périodes de chômage, sympathisant communiste, indiqué "professeur de musique" à la naissance à l’état civil, fut chef de la fanfare de Conflans (Savoie). Installé à Unieux, il jouait dans l’harmonie Holtzer et formait bénévolement des jeunes d’Unieux en solfège et clarinette pour cette harmonie fondée par l’industriel Jacob Holtzer, dont les établissements devinrent la Compagnie des ateliers et forges de la Loire. Sa mère, élève en pharmacie, devint préparatrice en pharmacie. Maurice Maschio ne reçut aucun sacrement religieux. Elève du cours complémentaire de Firminy, puis élève-maître au lycée Fauriel à Saint-Etienne, titulaire du baccalauréat (série « Philosophie »), il effectua la dernière année de sa scolarité à l’Ecole normale d’instituteurs de Monbrison rétablie à la Libération.

Maschio devint instituteur en 1946. Puis après avoir enseigné dans diverses communes (Urbize pendant un an, Villers pendant deux ans, Néronde où il donna pendant cinq ans un enseignement agricole, il fut nommé à Unieux où il enseigna pendant vingt-et-un ans. Après deux années à l’école annexe de Saint-Etienne comme maître d’application, il fut pendant cinq ans conseiller pédagogique de musique dans tout le département jusqu’à sa retraite en 1983.

Maschio effectua son service militaire en 1948-1949 et le termina comme brigadier chef. Il se maria en juillet 1956 à Unieux, avec une institutrice, fille d’instituteurs.

Maschio adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1946 et dans les années 1960 était le secrétaire adjoint de la sous-section du canton de Firminy et militait dans l’amicale laïque. Dans les années 1990, il adhéra au SNUIPP.

Maschio adhéra aux Jeunesses communistes en 1945 et au Parti communiste français en 1946. Secrétaire de sa cellule, actif CDH, il était secrétaire des sections communistes d’Unieux, de Fraisses-Unieux, enfin de Firminy à la fin des années 1960. Il entra au comité de la fédération du PCF en 1962 et fut régulièrement réélu jusqu’à la conférence fédérale de 1974 qui ne le proposa pas pour raison de « maladie ». Il fut trésorier de la cellule communiste de l’Ecole normale à Saint-Etienne de 1976 à 1983 puis de la section d’Unieux pendant une dizaine d’années. En 2012, il était toujours membre du PCF.

Maschio effectua un mandat comme conseiller municipal d’Unieux. Il animait un club de poterie, formé à l’origine par des enseignants, qui réalisa, entre autres, les armoiries de la ville en céramique ornant la salle du conseil municipal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140511, notice MASCHIO Maurice, Ambroise, Augustin par Jacques Girault, version mise en ligne le 7 mai 2012, dernière modification le 26 octobre 2012.

Par Jacques Girault

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé et son épouse. — Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément