MASSAY Georges

Par Jacques Girault

Né 16 novembre 1895 à Vierzon-Ville (Cher), mort le 13 mars 1987 à Vierzon ; professeur technique adjoint ; militant syndical du SPET puis du SNET.

Fils d’un charron devenu restaurateur, Georges Massay, élève de l’école nationale professionnelle de Vierzon (1909-1912), travailla comme ajusteur mécanicien dans des entreprises du Cher avant d’être mobilisé en décembre 1914 dans l’infanterie. Passé dans l’aviation en 1917, il fut blessé à deux reprises et démobilisé dans l’été 1919. Il retrouva son emploi dans une entreprise de Vierzon de 1920 à 1926. Il suivit les cours par correspondance de l’école spéciale des travaux publics pendant deux ans et fut admissible au concours des contremaîtres en 1924.

il se maria en novembre 1919 à Vierzon-Village avec la fille d’un peintre sur porcelaine, sans profession. Le couple eut trois enfants.

Georges Massay postula pour un emploi dans l’enseignement technique. Nommé contremaître ajusteur à l’ENP de Tarbes (Hautes-Pyrénées) en 1926 et, soutenu par plusieurs parlementaires du Cher, revint à l’ENP de Vierzon, trois ans plus tard. PTA en 1931, militant du Syndicat de l’enseignement technique puis du Syndicat des personnels de l’enseignement technique, il fut mobilisé à la pyrotechnie de Bourges en 1939-1940.

Titularisé comme professeur en janvier 1944 à l’ENP de Vierzon, Georges Massay fut élu suppléant au Conseil de l’enseignement technique de 1946 à 1952, pendant deux mandats, sur l liste du Syndicat national de l’enseignement technique.

Il prit sa retraite en 1958.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140515, notice MASSAY Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 7 mai 2012, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F 17 27020. — Le Travailleur de l’enseignement technique

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément