MASSERON Roger

Par Olivier Dedieu, Jacques Girault

Né le 8 août 1893 à Gageac-et-Rouillac (Dordogne), mort le 10 janvier 1986 à Montpellier (Hérault) ; inspecteur primaire dans l’Hérault ; militant de la pédagogie, président de la Fédération des œuvres laïques de l’Hérault.

Fils de Jean Masseron, cultivateur et de Marie Delteil, Roger Masseron, élève des écoles normales d’instituteurs de Périgueux (Dordogne) en 1909-1912, puis en quatrième année de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 1912-1914, réussit le concours d’entrée à l’École normale supérieure primaire de Saint-Cloud en 1914. Mobilisé en août 1914, fait prisonnier le 30 octobre 1915 à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais), il resta en captivité à Munster jusqu’à la fin de la guerre et fut démobilisé en août 1919. Après avoir obtenu le certificat d’aptitude au professorat dans les écoles primaires supérieures et les écoles normales en 1919, il fut nommé professeur de mathématiques à l’EPS d’Albi (Tarn) en 1920. Muté à l’EPS de Brignoles (Var) en 1922, il fut professeur à l’École normale d’instituteurs de Mende (Lozère) en 1924, chargé de l’économat.

Roger Masseron se maria en août 1922 à Toulouse (Haute-Garonne) avec Lucienne Castex, professeur de lettres. Le couple eut un enfant.

Il réussit le concours du certificat d’aptitude à l’inspection primaire en 1926. Nommé inspecteur primaire dans l’Hérault en 1929, il y demeura jusqu’à sa retraite (1958) dans la première circonscription de Montpellier.

Membre de l’association amicale des inspecteurs, puis, après la guerre du syndicat, très apprécié, considéré comme un inspecteur strict, Roger Masseron collaborait à des mouvements de rénovation pédagogique, participant avant la guerre à la rédaction de La Revue pédagogique.

il fut, dès 1932, secrétaire de l’association départementale des pupilles de l’école publique. En 1938, il devint administrateur de la FOL. Lors de l’avènement du régime de Vichy, il ne fut pas inquiété par les nouveaux pouvoirs. En 1943, un rapport de police indiqua ne pas lui connaître d’engagement politique et il fut nommé membre de la commission de réforme de la catégorie A de l’enseignement primaire.

À la Libération, Roger Masseron reprit ses engagements associatifs. Il devint vice-président de la FOL puis président de 1964 à 1972, date à laquelle il souhaita ne pas se représenter. Libre penseur, considéré comme un homme de gauche, se rendant souvent en Afrique, il collaborait au Journal des instituteurs et des institutrices de l’Afrique noire.

Membre des associations d’anciens combattants, il fut nommé membre du conseil départemental des anciens combattants de 1970 à 1975 en tant que représentant des anciens prisonniers de la Première Guerre mondiale.

Roger Masseron, avec Abel Marijon et Eugène Delaunay, publièrent, de 1936 à 1954, aux éditions Hatier, des collections de manuels scolaires sous les titres généraux « Le calcul à l’école primaire » et « Arithmétique et géométrie », avec des livres du maître.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140521, notice MASSERON Roger par Olivier Dedieu, Jacques Girault, version mise en ligne le 8 mai 2012, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Olivier Dedieu, Jacques Girault

ŒUVRE : Le fichier de la BNF comprend 29 références.

SOURCES : Arch. Nat., F17 27020. — Arch. Dép. Hérault 541 W 53, 1000 W 170. — Arch. FOL de l’Hérault. — Presse pédagogique.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément