MANDO Roger

Par Louis Botella

Né vers 1911, mort en octobre 1994 ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) de la Haute-Saône.

Roger Mando, ouvrier métallurgiste au Beuchot (Haute-Saône), milita au sein de la CGT avant la Seconde guerre mondiale. En 1945, il fut le secrétaire du syndicat CGT des Tréfileries du Beuchot. Lors de la scission au sein de la CGT, fin 1947, l’ensemble de son syndicat opta pour FO et Roger Mando conserva son poste de secrétaire de ce syndicat.
Il fut, dès l’origine et pendant de très nombreuses années, membre du bureau de l’Union départementale FO de la Haute-Saône. Son influence au sein de cette UD fut nettement plus importante que sa fonction officielle put le laisser penser.

Lors du congrès confédéral d’octobre 1956, Roger Mando vota, comme Jean Thévenot, en faveur de la motion minoritaire sur l’Algérie, qui réclama la libre détermination du peuple algérien à disposer de lui-même, un cessez-le-feu et des négociations rapides entre la France et les nationalistes algériens.

Il fut aussi administrateur de la Caisse d’allocations familiales de la Haute-Saône.
Il perdit sa compagne en 1989.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140534, notice MANDO Roger par Louis Botella, version mise en ligne le 10 mai 2012, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 22 et 29 janvier, 19 février, 28 mai 1953, 15 mars 1956, FO Hebdo, 8 novembre 1994. — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1956 et de 1963. — Arch. de l’Union départementale FO de la Haute-Saône. — Informations transmises en avril 2011 par Alain Grosdemouge, secrétaire général de l’UD FO de la Haute-Saône.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément