LE PAIH Louis, Robert [dit Jean Farnier]

Par Guy Haudebourg

Né le 27 octobre 1911 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé le 7 mai 1943 à Nantes ; métallurgiste ; militant communiste ; résistant, chef des FTPF de Loire-Inférieure ; Procès des 42.

Fils de Jean François Le Paih, maçon et de Louise Félicité Le Houérou, porteuse de pains, domiciliés rue du Mont-Goguet à Nantes, Louis Le Paih était marié à Louise Mariel, ménagère dont il eut trois enfants.
Militant communiste avant guerre, Louis Le Paih fit partie, dès 1940, des militants qui réorganisèrent le PCF clandestin dans la région nantaise. En juillet 1940, il est de ceux qui distribuèrent l’appel rédigé par Marcel Paul et fut d’ailleurs arrêté à cette occasion par un gendarme qui se contenta de le verbaliser pour défaut d’éclairage (voir Marcel Danigo). Une première perquisition sans résultat fut effectuée à son domicile en décembre 1940 ; une seconde eut lieu en février 1941 mais l’ordre d’arrestation ne fut pas mis en application par la police car Louis Le Paih était très malade. L’alerte ayant été chaude, il entra dans la clandestinité et devint responsable militaire interrégional FTPF, participant à de nombreux coups de main avec Raymond Hervé, Gaston Turpin, Auguste Chauvin, tels les attentats contre les lignes électriques, la destruction du pont roulant des Batignolles en avril 1942. Pourchassés par les polices française et allemande, une grande partie des membres du groupe tomba fin 1942. Avec deux autres FTPF, le 9 septembre 1942, Louis Le Paih fit irruption dans le cabinet du juge d’instruction Le Bras et libéra Raymond Hervé qui fut repris une semaine plus tard. Louis Le Paih, arrêté le 12 janvier 1943, fut jugé avec ses camarades, condamné à mort et fusillé le 7 mai 1943 à Nantes.
Il porta comme pseudonymes Narcisse Chemineau et Félix Lily.
Il a été reconnu Mort pour la France le 19 février 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140564, notice LE PAIH Louis, Robert [dit Jean Farnier] par Guy Haudebourg, version mise en ligne le 13 avril 2015, dernière modification le 27 février 2019.

Par Guy Haudebourg

Louis Le Paih avec une délégation syndicale à la fin des années 1930.
Louis Le Paih avec une délégation syndicale à la fin des années 1930.
Guy Haudebourg, Nantes 1943. Fusillés pour l’exemple, La Crèche, Geste éditions, 20014.
Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes

SOURCES : Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3 . — Notes Guy Haudebourg. – Catalogue de l’exposition, Fichés. Photographie et identification 1850-1960, Perrin, 2012. — Acte de décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément