CROISIER Pierre.

Par Freddy Joris

Né à Stembert (aujourd’hui commune de Verviers, pr. Liège, arr. Verviers) en 1843. Ouvrier peintre, militant de l’Association internationale des travailleurs.

Militant actif de l’Association internationale des travailleurs (AIT) à Verviers (pr. Liège, arr. Verviers) dès le début de 1868, Pierre Croisier préside le comité provisoire des Francs Ouvriers de Verviers et cofondateur de son organe, Le Mirabeau. Il est boycotté par le patronat en juin de cette année.

Pierre Croisier part pour Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), où il devient secrétaire de la section de l’Internationale et donc membre du Conseil belge en place de P. Robin, expulsé. À ce titre, il est inquiété et arrêté par la justice en 1869 (20 avril-14 mai), comme les autres dirigeants belges du mouvement, à la suite des grèves du Borinage (pr. Hainaut). Lors de son audition, il reconnaît avoir tenu des propos révolutionnaires à Verviers, mais c’était avant son adhésion à l’AIT dont il respecte désormais les principes. Il est relaxé. C’est un orateur violent selon la police. Si, sur le fond, il réaffirme que les ouvriers ont le droit de se révolter dans la légalité contre les conditions qui leur sont imposées, il conteste ses propos sur « les patrons qui sucent le sang des ouvriers goutte à goutte et qu’il ne faut pas craindre d’en répandre pour défendre la cause des travailleurs », propos prononcés à Frameries (pr. Hainaut, arr. Mons) et à Cuesmes (aujourd’hui commune de Mons), selon deux témoins.

Pierre Croisier est exclu de la section belge de l’AIT en mars 1871, avec Alphonse Vandenhouten, peintre comme lui, dont il est proche, en raison de leur conduite dans la coopérative de consommation, La Fourmi. Mais le 14 juin 1874, il est à nouveau exclu pour ses propos appelant à la révolte dans le Borinage (a-t-il été réintégré ?). Il ne semble plus avoir eu d’activité ultérieurement. Il a été en contact épistolaire avec Léon Fontaine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140737, notice CROISIER Pierre. par Freddy Joris, version mise en ligne le 5 juin 2012, dernière modification le 12 janvier 2020.

Par Freddy Joris

SOURCES : JORIS F., Pierre Fluche et le mouvement ouvrier à Verviers sous Léopold II, Tubize, 1997 – WOUTERS H., Documenten betreffende de geschiedenis der arbeidersbeweging ten tijde van de Ie Internationale (1866-1880), deel III, Leuven-Paris, 1971 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 60) – Documents relatifs aux militants belges de l’Association internationale des travailleurs. Correspondance 1865-1872. Textes réunis, établis et annotés par Daisy Eveline DEVREESE, Louvain-Bruxelles, 1986 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 79).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément