DAUVISTER Jean, Joseph.

Par Freddy Joris

Dison (pr. Liège, arr. Verviers), 24 octobre 1858 – Dison, 23 mai 1937. Ouvrier textile, un des premiers députés du Parti ouvrier belge en 1894, fondateur de plusieurs coopératives, militant syndical, conseiller communal et échevin de Dison.

Fils de tisserand, Jean Dauvister perd sa mère à l’âge de huit ans et commence à travailler un an plus tard dans une chaudronnerie. Il entre dans une usine textile, à l’âge de douze ans, comme rattacheur puis comme tisserand. Il le reste près d’un quart de siècle, jusqu’à son élection à la Chambre en 1894. Jean Davister épouse Catherine Auguster (1859-1913) dont il a une fille, Catherine, en 1889.

Avant cette date, Jean Dauvister s’affirme au fil des ans comme un des principaux militants socialistes de Dison. Dès 1885, il contribue à l’établissement du Parti ouvrier belge (POB) disonais à travers le cercle L’Aurore. Il fonde la coopérative La Fraternité en 1886, adhère au Syndicat de tisserands l’année suivante. En 1888, il installe les Pharmacies populaires dans sa localité et crée enfin la Ligue ouvrière et commerciale de Dison.

De 1891 à 1894, désigné par son syndicat, Jean Dauvister fait partie du Conseil de l’industrie et du travail et, à la même époque, il siège à la Commission du Bureau de bienfaisance de Dison. Présenté au poll de la Fédération socialiste verviétoise par l’importante section disonaise, il est élu député pour l’arrondissement de Verviers en octobre 1894 en même temps que vingt-sept autres socialistes et radicaux dont les verviétois, Jean Malempré, Adolphe Gierkens et Thomas Niezette.

Jean Dauvister est élu conseiller communal de Dison en novembre 1895. À la Chambre où il siège de 1894 à 1898, il confirme qu’il est un personnage relativement modeste, au contraire de Malempré par exemple. Dauvister n’intervient guère qu’une ou deux fois par session, pour attirer l’attention sur la situation du prolétariat régional ou dénoncer des abus patronaux dans le textile. Les députés socialistes verviétois perdent leur siège en 1898 et Jean Dauvister retourne à l’usine.

Aux élections législatives de 1900, organisées sur bas de la proportionnelle, seul Jean Malempré est réélu. Le POB verviétois obtient deux sièges en 1904 et 1908, mais le second est pour l’avocat Louis Pirard, que le poll a placé avant Jean Dauvister. Celui-ci est premier suppléant toutefois, et c’est ainsi que Dauvister rentre à la Chambre suite à la mort de Jean Malempré en février 1909. À ce moment, il est échevin de l’Instruction à Dison depuis 1908. Il le reste jusqu’en 1912, année où il est réélu député ; son mandat lui est confirmé en 1914.

Durant cette période, Jean Dauvister écrit beaucoup dans la presse socialiste régionale. Il est successivement rédacteur en chef de La Voix du peuple (1907-1908), collaborateur du Réveil (1909-1912) puis du Travail dont il occupe fréquemment en 1913-1914 la « tribune de la fédération socialiste ».

Jean Dauvister est un membre protecteur de la Ligue wallonne de Verviers qu’il représente à l’Assemblée wallonne de 1914. Il est également membre du Comité d’action wallonne.

Jean Dauvister se retire de la politique en 1919, cédant sa place à la Chambre au disonais, Jules Hoen. Il suit de près, durant ses dernières années, le développement des œuvres socialistes régionales, dont il est souvent administrateur, notamment de La Prévoyance Sociale.

Jean Dauvister meurt à 79 ans, pauvre. Il est enterré civilement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140741, notice DAUVISTER Jean, Joseph. par Freddy Joris, version mise en ligne le 5 juin 2012, dernière modification le 6 décembre 2019.

Par Freddy Joris

SOURCES : Annales parlementaires, 1894-1898 et 1909-1914 – Archives de la ville de Dison, Registres de l’état civil – Le pont de Polleur (Verviers), 2 décembre 1894 (caricature) – Le Travail, 24 mai 1937 – Photo à la Fédération socialiste verviétoise – SERWY V., La coopération en Belgique, t. II : La formation de la coopération 1880-1814, Bruxelles, 1942 ; t. IV : La vie coopérative - Dictionnaire biographique, Bruxelles, 1952, p. 15 – BONAVENTURE R., Parti socialiste et mouvement syndical à Verviers, 1893-1914, Mémoire de licence Université de Liège, Liège, 1962, p. 66-81 – JORIS F., La presse verviétoise de 1850 à 1914, Louvain-Paris, 1982, p. 143-166 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 92).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément