MAZURE Georges, Jean

Par Jacques Girault

Né le 6 juin 1912 à Saint-Germain-Beaupré (Creuse), mort le 29 mai 1985 à Chambon-sur-Voueize (Creuse) ; instituteur dans la Creuse ; militant syndicaliste du SNI ; militant socialiste.

Fils d’instituteurs laïques, Georges Mazure reçut les premiers sacrements catholiques. Élève de l’école primaire supérieure de La Souterraine, il entra à l’École normale d’instituteurs de Guéret en 1928. Instituteur aux Forges de Fresselines (1931), à Grand-Bourg (1932), à Bourganeuf (1934), il se maria en février 1935 à Pierrefitte (Creuse) avec une institutrice et ils obtinrent un poste double à Rougnat (1936-1952). À partir de 1952, il fut nommé au cours complémentaire de Chambon-sur-Voueize en 1952 puis devint directeur du collège d’enseignement général où il prit sa retraite en 1967.

Georges Mazure adhéra en 1931 à la section départementale du Syndicat national (CGT). Correspondant du canton d’Auzances, élu au conseil syndical de la section du Syndicat national des instituteurs en 1937, il fut le secrétaire de la commission des jeunes jusqu’à la guerre et responsable de la diffusion de la La Terre libre. Il participa comme délégué au congrès du SNI à Nantes en 1938 et désapprouva le chahut visant Léon Jouhaux. Gréviste le 12 février 1934, il fut sanctionné de huit jours de suspension de traitement pour avoir faite grève le 30 novembre 1938. En désaccord avec la non-intervention en Espagne, il participa à la campagne contre la guerre du SNI et approuva les accords de Munich. Alors qu’il avait reçu une éducation laïque non anticléricale, il se définissait depuis les années 1930 comme « laïque dans mon comportement professionnel mais profondément anticlérical en tant que citoyen. » En outre, il militait avec la Fédération des œuvres laïques et la Ligue des droits de l’Homme.

Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1932 et fut secrétaire de la section de Rougnat.

Mobilisé dans l’Infanterie en septembre 1939, Georges Mazure fut fait prisonnier lors de l’offensive allemande. Il s’évada et fut par la suite combattant volontaire de la Résistance, membre du réseau « Quand même » à partir de juillet 1942 puis délégué des Mouvements unis de la Résistance.

A la Libération, Georges Mazure devint le secrétaire général de la section du SNI et le resta jusqu’au début des années 1950. Il intervint lors de la réunion du conseil national du SNI, le 27 décembre 1949, pour évoquer la situation des normaliens menacés par la mise à la retraite tardive qui menaçait d’être décidée par le gouvernement.

Toujours militant socialiste, Georges Mazure, secrétaire de la section socialiste SFIO de Rougnat, conserva cette responsabilité dans la section socialiste SFIO de Chambon-sur-Voueize à partir de 1952.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140778, notice MAZURE Georges, Jean par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 juin 2012, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. OURS, fédération de la Creuse. ─ Renseignements fournis par l’intéressé. ─ Presse syndicale : L’Ecole libératrice. .

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément