PELLIER Maurice

Par Louis Botella

Syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) parmi les cadres de la presse ; co-secrétaire général de la Fédération FO de la Presse.

Maurice Pellier fut le secrétaire général du syndicat national CGT des cadres de la Presse lorsque ce dernier opta pour FO lors de son 2ème congrès tenu les 13 et 14 mars 1948. Cette décision fut prise par 746 mandats sur 850.
Maurice Pellier conserva donc le mandat de secrétaire général de ce syndicat au-delà de 1966.
Lors du congrès tenu du 6 au 8 novembre 1953 à Lille, le Syndicat des journalistes FO accepta de constituer avec le Syndicat national FO des cadres de la Presse, la Fédération FO de la Presse. Maurice Pellier fut alors co-secrétaire général de cette nouvelle fédération, l’autre étant le journaliste André Viot.

Maurice Pellier eut également d’importantes responsabilités au sein de la FNIC-FO (Fédération nationale des ingénieurs et cadres) : secrétaire général adjoint en novembre 1953, trésorier adjoint en décembre 1954, puis à nouveau secrétaire général adjoint de décembre 1956 à juin 1966 au moins. Le secrétaire général de la FNIC fut alors René Richard.

Maurice Pellier fut encore membre, en 1977, du conseil national de l’UCI-FO (Union des cadres et ingénieurs) qui prit la suite, en 1977, de la FNIC.

Il fut également président de la Caisse nationale de retraite des cadres de la presse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140797, notice PELLIER Maurice par Louis Botella, version mise en ligne le 6 juin 2012, dernière modification le 11 mars 2013.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire e la CGT-FO, 26 mars 1948, 8 janvier, 12 et 26 novembre 1953, 23 décembre 1954, 22 décembre 1955, 13 décembre 1956, 27 mars 1958, 1er juin 1960, 8 juin 1966. — Comptes rendus du congrès confédéral FO de 1954. — Arch. de l’UCI-FO.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément