BOUMERDAS Ali [Dictionnaire Algérie]

Par Louis Botella

Né en 1916 au douar Ouled Naceur (commune mixte de M’lila (Algérie) ; cheminot ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO), ensuite autonome du Constantinois (Algérie) ; militant UDMA puis MTLD.

En juillet 1949, Ali Boumerdas, au service de la traction à Ouled Rahmoun, figura sur la liste des candidats présentés par la CGT lors de l’élection des délégués du personnel auprès du chef de l’arrondissement de Constantine.

Ali Boumerdas fut signalé comme étant un ancien militant de l’UDMA (Union démocratique du manifeste algérien) puis du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). Il milita également à la CGT avant de rejoindre FO.

Visiteur de gare au service du Matériel à Constantine, fut membre, depuis 1956 au moins, du conseil d’administration de l’Union d’Algérie de la Fédération FO des cheminots.

Il participa en mai 1958 à une réunion du conseil d’administration de l’Union FO d’Algérie et en octobre 1960 au congrès de celle-ci.

En septembre 1958, il fut élu ou réélu membre de la commission exécutive de l’Union départementale FO de Constantine. En novembre de la même année, il fut candidat avec, notamment, Fernand Manchon - avec lequel il fut très intime - aux élections législatives sur la liste intitulée Liste républicaine, démocratique et socialiste et ils se mirent "en congé" de leurs fonctions syndicales. Ils ne furent pas élus. Le mois suivant, Ali Boumerdas, Fernand Manchon et Marceau Taëb furent réintégrés au sein de la CE de leur UD à la suite d’un vote donnant 23 voix pour la réintégration, 1 "contre" et 1 abstention.

A la suite de la mise en minorité, en octobre 1960, par le congrès de l’UD de Fernand Manchon, ce dernier quitta FO pour créer une nouvelle organisation syndicale appelée Union générale des syndicats libres (UGSL). Ali Boumerdas et d’autres responsables syndicaux FO effectuèrent la même démarche.

En 1958, il était également 3ème vice-président de la délégation spéciale chargée de gérer la commune d’Ouled Rahmoun dans laquelle il résidait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140869, notice BOUMERDAS Ali [Dictionnaire Algérie] par Louis Botella, version mise en ligne le 11 juin 2012, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Nat. France Outre-mer, Aix-en-Provence, ALG 93/4364, 93/4384. — Le Cheminot Algérien, organe officiel de l’Union d’Algérie [CGTU puis CGT], juin-juillet 1949 (BNF Gallica). — Le Rail Syndicaliste, mai 1958, octobre 1960. — Arch. de l’Union départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique (C.H.T. de Nantes).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément