LETTY Alain, Marie

Par Éric Belouet, André Caudron

Né le 28 octobre 1928 à Lambézellec (Finistère), mort au début de l’année 2019 ; dirigeant jociste ; directeur fondateur et animateur,du foyer de jeunes travailleurs Relais-Clamart, appelé "Moulin-de-Pierre".

Originaire de Keredem-Lambézellec, commune rattachée à Brest en 1945, Alain Letty milita rapidement à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et quitta sa Bretagne natale quand il fut appelé, le 23 janvier 1952, à rejoindre comme permanent le secrétariat général de ce mouvement qui allait lui confier d’importantes responsabilités.

Depuis 1954, des jeunes travailleurs squattaient un octroi abandonné, appelé le « Moulin-de-Pierre », à la porte de Bagnolet. Ces jeunes l’avaient rendu habitable pour y accueillir d’autre jeunes dans leur situation. La direction nationale de la JOC demanda à Alain Letty de les aider et ils reçurent en même temps le concours de l’un des fondateurs de l’ergonomie française, le docteur Alain Wisner, médecin du travail. Ce fut le début d’une expérience de grande ampleur. Elle devait permettre à des jeunes de seize à vingt ans de trouver une insertion professionnelle et sociale dans la région parisienne et d’autres grands centres urbains.

Les militants de la JOC surtout, ainsi que des syndicalistes et des animateurs bénéficièrent dans cette œuvre de l’appui de hauts fonctionnaires, en mesure de les conforter à la fois sur le plan financier et dans les méandres de l’administration. Ainsi Alain Letty, chargé en 1956 de mettre sur pied un premier foyer « Relais » à Clamart (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine entre 1964 et 1968/ecrire
), eut avec lui, comme trésorier, Antoine Dupont-Fauville, qui allait devenir directeur de cabinet de Michel Debré. Des personnalités comme Robert Lion, Jean-Pierre Duport, Bernard Brunhes, Antoine Lejay, jouèrent des rôles de premier plan dans ces opérations. Jean-Michel Belorgey*, collaborateur de Jacques Delors et futur député de Saône-et-Loire, prit en 1976 la présidence de l’Union nationale des foyers de jeunes travailleurs (UNHAJ). Bertrand Schwartz* puisa dans les enquêtes menées à l’initiative de la JOC pour son rapport sur l’insertion des jeunes (1982).

L’habitat et l’emploi n’étaient pas les seules préoccupations des pionniers de ces foyers, persuadés que trois obstacles majeurs menaçaient les jeunes « déplacés » : la mobilité rendue obligatoire par le marché du travail, les difficultés financières bien entendu, et enfin les dangers de la solitude et du stress. L’UNHAJ faisait aussi figure de mouvement d’éducation populaire, soucieux d’offrir aux jeunes des parcours de vie positifs, grâce à divers services : l’accès à l’emploi et l’aide à la mobilité certes, mais aussi la restauration, le sport, la santé et l’apprentissage de la citoyenneté.

Entre 1956 et les années 1970, plusieurs associations naquirent notamment en région parisienne, à Clamart, à Paris même, Colombes, Athis-Mons (Essonne)… Elles étaient destinées à l’amélioration du sort des jeunes travailleurs « par eux, pour eux, avec eux », de préférence dans des foyers de petite taille, plus propices à l’exercice de leur fonction socio-éducative, considérée comme primordiale.

Alain Letty, pour sa part, n’avait jamais été ouvrier. Il fit toute sa carrière, soit une cinquantaine d’années, dans les foyers de jeunes travailleurs, surtout au « Relais » de Clamart dont il était l’administrateur. Vers 1965, il prit part à la création du FJT Relais-Jeunes d’Athis-Mons, le premier FJT qui était destiné aux adolescents de quatorze à seize ans et dont Jean Caroff prit la direction.

Marié le 25 août 1956 à Sainte-Radegonde-en-Touraine (Indre-et-Loire) avec Marie-Claude Provost, Alain Letty réside à Clamart. Ancien trésorier de la Fédération française des foyers de jeunes travailleurs (UFJT), fondateur de la Fédération « Relais » en 1976, il est devenu président d’honneur du foyer des jeunes de l’hôtellerie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140960, notice LETTY Alain, Marie par Éric Belouet, André Caudron, version mise en ligne le 22 juin 2012, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Éric Belouet, André Caudron

SOURCES : Archives JOC, secrétariat général, fichier des anciens permanents. — Françoise Gaspard, UFJT. D’une jeunesse ouvrière à une jeunesse incertaine, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières et UFJT, 1995. — Maurice Vilandrau, L’audacieuse aventure de Relais-Jeunes. Un foyer pour adolescents en banlieue parisienne, 1966-1987, Les points sur les i éditions, 2004. — Francis Lebon , « Relais-accueil, un foyer pour “l’orientation » des jeunes“, Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 4, automne 2007, mis en ligne le 27 mars 2008, http://sejed.revues.org/index853.htmlQu’est-ce que l’Union nationale pour l’habitat des jeunes ?, L’information citoyenne, collection dirigée par Claude Perrotin, Éditions de l’Archipel, 2008. — Renseignements communiqués par Jacques Bertrand, François Quiéffin, et Guy Pérez. — État civil de Brest.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément