BINISTI Jules

Par Louis Botella

Agent hospitalier ou employé municipal ; syndicaliste Force ouvrière (FO) ; secrétaire général adjoint l’Union départementale FO du Constantinois (Algérie), puis de Seine-et-Marne.

Jules Binisti fut le secrétaire général du groupement départemental FO des Services publics et de Santé depuis au moins novembre 1950. Il assuma cette fonction jusqu’au milieu de l’année 1961 au moins.
Par la suite, il devint le responsable de sa fédération pour l’Est algérien et peut-être pour l’ensemble de l’Algérie. Il fut chargé de présenter un rapport sur les territoires d’outre-mer et l’Algérie lors du congrès de la Fédération FO des Services publics et de Santé tenu en juin 1957 à Nantes.

Au plan interprofessionnel, il fut réélu en septembre 1958 au sein de la commission exécutive de l’Union départementale FO de Constantine. D’abord proche de Fernand Manchon, secrétaire général de cette UD, il s’en éloigna progressivement pour quitter avec d’autres syndicalistes, dont Marceau Taieb, au début de juillet 1960, l’UD de Fernand Manchon et rejoindre l’UD FO dissidente animée par Maamar Affane.

Jules Binisti fut signalé en octobre 1960 comme étant 1er secrétaire général adjoint de l’Union départementale FO de Constantine.

Le 20 mai 1962, il fut élu ou réélu membre du bureau de l’Union départementale FO de Seine-et-Marne. Mais en juin 1964, son nom ne figura plus dans les instances dirigeantes de cette UD.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141154, notice BINISTI Jules par Louis Botella, version mise en ligne le 10 juillet 2012, dernière modification le 29 mai 2013.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Nat. France Outre-mer, Aix-en-Provence, ALG 93/4384 et Constantine, b/3/127. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 30 mai 1957, 12 octobre 1960, 6 juin 1962, 24 juin 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément