ALBERT Joseph, dit « Marie Ange » ou « Mon ange ».

Par Jean Neuville

Né à Auvelais ou Arsimont (aujourd’hui commune de Sambreville, pr. et arr. Namur), âgé de 25 ans en 1868. Ouvrier mineur, impliqué dans une grève en 1868.

Joseph Albert est domicilié à Auvelais lorsqu’un procès-verbal de la gendarmerie relatif à la grève du charbonnage d’Arsimont en avril 1868 l’accuse d’être du nombre de ceux « ayant exercé des violences sur la troupe. » Le procès-verbal ajoute : « lequel on prétend avoir jeté sa hache et atteint un cavalier. »

Georges Gilson, directeur du charbonnage à Falisolle, dit qu’il aurait « reçu des blessures légères » avec quelques autres ouvriers. Le directeur signale aussi que Joseph Albert était porteur d’une hache mais « l’on m’a dit qu’il l’avait jetée derrière lui quand il se trouvait poursuivi par des cavaliers... »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141236, notice ALBERT Joseph, dit « Marie Ange » ou « Mon ange ». par Jean Neuville, version mise en ligne le 17 juillet 2012, dernière modification le 11 janvier 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : BAYER-LOTHE J., Documents relatifs au mouvement ouvrier dans la province de Namur au XIXe siècle, 2e partie : 1849-1886, Paris-Louvain, 1969, p. 67-79 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 57)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément