ANDRÉ Raoul.

Par Jean Neuville

Né à Cuesmes (aujourd’hui commune de Mons, pr. Hainaut, arr. Mons) le 18 avril 1920. Maçon, travailleur à la Société nationale des chemins de fer belges, militant jociste, permanent syndical chrétien.

Le père de Raoul André, Pierre Joseph André, ouvrier de surface au charbonnage à Frameries (pr. Hainaut, arr. Mons), est passé, en 1928, de la Commission – socialiste – syndicale à la Confédération des syndicats chrétiens (CSC). Sa mère, Éva Hoyois, sans profession, exécute, à l’occasion, des travaux de femme à journée.

Après l’école primaire, Raoul André, qui a un frère et deux sœurs, travaille comme manœuvre maçon à quatorze ans. À partir de ce moment, il milite à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) de Frameries, dont il est le président, et à la CSC. Ayant suivi des cours du soir ainsi que des cours par correspondance, il entre à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) dont il sera détaché comme permanent au Syndicat chrétien du personnel des chemins de fer, postes, télégraphes, téléphones, marine, aéronautique et RTB (Radio et télévision belges) à Mons (pr. Hainaut, arr. Mons). Il assume cette fonction du 1er juillet 1950 au 1er janvier 1981, date de sa retraite. Il est délégué à la commission paritaire du groupe Mons de la SNCB et vice-président de la Fédération des syndicats chrétiens de Mons-Borinage.

Depuis le 3 janvier 1954, Raoul André est l’époux de Georgette Lebon, dont il a deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141265, notice ANDRÉ Raoul. par Jean Neuville, version mise en ligne le 18 juillet 2012, dernière modification le 30 décembre 2019.

Par Jean Neuville

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément