MALESIEUX Gilbert, Paul, Léon

Par Jacques Girault

Né le 5 février 1922 à Fesseviller (Doubs), mort le 29 mai 2001 à Besançon (Doubs) ; instituteur dans le Doubs ; militant syndicaliste du SNI ; maire d’Evans (Jura).

Fils d’un douanier, militant syndicaliste tué lors de la libération de Feignies (Nord), Gilbert Malésieux reçut les premiers sacrements catholiques. Il effectua ses études au lycée de Strasbourg jusqu’en juillet 1939. Bachelier, il obtint un premier poste d’instituteur à Saint-Amour (Jura) puis partit en Allemagne en 1942 dans le cadre du Service du travail obligatoire. Revenu en France à la Libération, il s’engagea dans l’artillerie pour combattre les Japonais en Indochine. Revenu en métropole en 1948, il partit pour le Maroc en février 1949 où il termina son engagement militaire en 1950 comme maréchal des logis chef. Il devint alors instituteur à Boulemane, secteur de Fez, puis directeur du secteur scolaire de Tounfite, secteur de Meknes de 1953 à 1956.

Athée, il s’était marié religieusement en juillet 1949 à Jougne (Doubs) avec une institutrice. Le couple eut cinq enfants qui reçurent les premiers sacrements catholiques.

Revenu dans le Doubs, Gilbert Malésieux, fut nommé instituteur à Rurey en 1956-1957 avant d’être nommé, en 1964, instituteur puis directeur à Saint-Vit, village d’origine de ses parents, où il resta jusqu’à sa retraite en 1977.

Membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, il devint secrétaire de la section départementale au début de l’année 1965-1966, succédant à Louis Geyh*. Militant de la tendance "École émancipée" et de l’École moderne ([Célestin Freinet-<24550]), il n’effectua qu’un seul mandat de deux ans. Pour l’élection du bureau national du SNI en décembre 1965, il figurait sur la "liste des Amis de l’École émancipée " conduite par Yves Thomas, classé sixième, les autres candidats figurant par ordre alphabétique à partir du 7e. Il resta membre du conseil syndical de la section départementale du SNI dirigée par le courant "Unité et Action".

Politiquement, il votait pour les candidats d’extrême gauche, du Parti socialiste unifié avant de se prononcer aux élections présidentielles pour Arlette Laguiller.

Gilbert Malésieux devint maire d’Évans (commune rurale du Jura de 300 habitants) en 1977 et ne renouvela pas son mandat. Il participa aux actions de l’organisation non gouvernementale "Les Amis d’un Coin de l’Inde et du Monde" (LACIM) et effectua quatre missions au Mali après 1975. Il fut enterré civilement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141406, notice MALESIEUX Gilbert, Paul, Léon par Jacques Girault, version mise en ligne le 29 juillet 2012, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Renseignements fournis par la famille de l’intéressé et la mairie de Saint-Vit. — Presse syndicale : l’Ecole libératrice. — Notes de Nadine Castioni.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément