LESUISSE Eugène, Marcel

Par Jean-Pierre Besse, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 11 novembre 1919 à Saint-Dizier (Haute-Marne), disparu le 31 juillet 1944 à Dijon (Côte-d’Or) et probablement fusillé aux environs ; employé SNCF ; résistant FTP dans l’Aube et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils naturel de Marie Victorine Stécher, vingt-six ans sans profession, veuve de Paul Ferdinand Stecher mort en mai 1915, Eugène Lesuisse fut aussitôt reconnu par son père Alphonse Jean-Baptiste Lesuisse, puis légitimé par le mariage de ses parents en juillet 1924.
Il fut embauché par la SNCF au début de l’occupation allemande comme auxiliaire à Romilly-sur-Seine (Aube) et d’abord employé dans une entreprise de constructions de Troyes-Preize en contrat avec la SNCF pour réaliser l’agrandissement d’un faisceau de triage de la gare de La Chapelle-Saint-Luc. Il se maria en mars 1941 avec Eugénie Oblet, couseuse. Le couple était domicilié rue Edmond-Billy à Sainte-Savine (Aube). À la fin de l’année 1942, il entra dans la Résistance en rejoignant le groupe FTP Pierre-Semard dans l’Aube. Le 6 juillet 1943, il fut muté au district Voie et bâtiments de Troyes. Le 10 septembre 1943, quatre jours avant sa convocation au STO à laquelle il s’attendait, il quitta son poste et entra dans la clandestinité.
Le 31 juillet 1944 l’État-major régional FTP devait se réunir au bois de Mirande, à Dijon. Le rendez-vous fut manqué et le rattrapage était prévenu d’Auxonne mais les responsables tombèrent dans une souricière tendue par la Milice.
Jacques Rilly et Marcel Lesuisse furent arrêtés par la Sipo-SD de Dijon et violemment interrogés. Ils furent ensuite probablement exécutés ou déportés mais on perdit leurs traces à partir de là. Roger Cadoux avait réussi à fuir et Marcel Perchet qui était arrivé en retard au rendez-vous vit du sang sur le trottoir ce qui explique qu’ils auraient peut-être été blessés lors de leur arrestation.
Militant de Côte-d’Or, employé de la SNCF, il fut un important résistant FTP dans l’Aube. Il y perdit la vie. Son fils Jacky naquit en janvier 1945.
Le ministère des Anciens combattants et victimes de guerre indiqua en 1948 qu’Eugène Lesuisse aurait été fusillé aux environs de Dijon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141549, notice LESUISSE Eugène, Marcel par Jean-Pierre Besse, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 24 août 2012, dernière modification le 27 mars 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCE : dossiers SHD GR 16 P 368070 et AC 21 P 78861 (non consultés).— Hervé Barthélemy et Véronique Desormeaux dans le Mémorial des Cheminots victimes de la répression 1940-1945, Perrin/SNCF, Paris, 2017.— Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome 1, page 65, Dijon, 1987.— Notes de Jean-Pierre Besse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément