LEFÈVRE Jean, Marcel

Par Robert Kosmann

Né le 9 novembre 1921 à Paris XXe, mort le 7 septembre 2004 ; dessinateur industriel ; syndicaliste Force ouvrière (FO) de Renault ; militant trotskiste de l’OCI.

Photographies professionnelles de Jean Lefèvre
Photographies professionnelles de Jean Lefèvre

Né rue de la Chine , Jean Lefèvre était issu d’une famille originaire de Champagne. Son père, Lefèvre Aristide, après avoir été bûcheron devint chauffeur-livreur-encaisseur de magasins d’épicerie. Sa mère, Marie Léonie Peeters, fut employée de maison puis ensuite couturière. Jean Lefèvre effectua ses études à l’École primaire supérieure Arago où il obtint le brevet élémentaire en 1937. Il fut alors successivement : garçon de courses, puis manœuvre ; il effectua de petits travaux dans un atelier d’artisans (fabrique de fauteuils de coiffeur, maison Gilet, bd de Strasbourg à Paris). Au début 1938, il fut employé comme garçon de bureau et coursier à l’Office français du matériel aéronautique, rue de Galilée à Paris en même temps qu’il prenait des cours de dessin industriel par correspondance à l’École des travaux publics.
En août 1939, il était garçon de bureau puis devint jeune dessinateur à la société Arielle à Paris. Le personnel fut évacué sur Angers au moment de l’exode. Jean Lefèvre contracta alors, à l’âge de dix-neuf ans, la poliomyélite qui entraîna la paralysie de la jambe gauche. Pour cette raison il fut dispensé de service militaire. Pendant la guerre, il fut calqueur puis dessinateur (1942 à 1948) à la Sté Aéronautique du centre à Boulogne Billancourt. Puis, à partir de septembre 1948, à la société SME à Rueil Malmaison. Il en fut licencié en novembre 1955 en raison d’une réduction de personnel. L’essentiel de sa carrière, vingt-cinq ans, se déroula alors à la Régie Nationale des Usines Renault où il fut embauché comme dessinateur d’études en février 1956. Il y finit sa carrière comme dessinateur projeteur en 1981, où il put faire valoir ses droits à la retraite.

Jean Lefèvre fréquenta les Auberges de jeunesse à partir de 1940 car il y goûtait les activités physiques et de plein air, mais aussi parce qu’elles offraient un cadre d’ouverture culturelle et de discussions politiques libres en cette période d’occupation. C’est dans ce contexte qu’il se sentit rapidement et personnellement concerné par le combat des militants et résistants trotskistes face au fascisme et à « la dictature bureaucratique installée en URSS », ce qui lui vaudra un bref passage pour distribution de tracts à la Gestapo, heureusement sans conséquences. C’est là qu’il rencontra, en 1942, un militant trotskiste lambertiste. Après une période probatoire il s’engagea, clandestinement en 1943, au CCI (Comité Communiste Internationaliste). Il fut alors membre de la CGT clandestine dans son usine d’aviation avec des responsabilités syndicales et élu délégué du personnel aux premières élections.
À partir de cette date, il fut militant trotskiste et syndicaliste jusqu’à la fin de sa vie. Il soutint les positions du CCI qui devint ensuite PCI, puis OCI. Il fut délégué du personnel FO chez Renault au second collège pendant 25 ans.
Sur le plan familial il épousa, en avril 1945, Rolande née Touffait, institutrice syndiquée à l’École émancipée, militante également au PCI, et adhérente des Auberges de jeunesse depuis 1944. Ils eurent une fille, Hélène, en mai 1945. Après le décès accidentel de sa femme Rolande en décembre 1960, il se remaria après plusieurs années de vie commune avec Marie Claire Guillaumat décoratrice née à Ussy-sur-Marne 5sien-et-Marne) en janvier 1936.
Peu de temps après sa retraite Jean Lefèvre s’éloigna de son organisation en raison de la critique de certains aspects organisationnels entachés par des questions de pouvoir, qui parasitaient, selon lui, les forces vives nécessaires au combat propre à la lutte des classes. Il resta fidèle à ses idéaux de jeunesse, réaffirmant à quatre-vingt-un ans une déclaration d’adhésion au trotskisme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article141613, notice LEFÈVRE Jean, Marcel par Robert Kosmann, version mise en ligne le 31 août 2012, dernière modification le 31 août 2012.

Par Robert Kosmann

Photographies professionnelles de Jean Lefèvre
Photographies professionnelles de Jean Lefèvre

ŒUVRE : Rédaction de nombreux tracts politiques et syndicaux - Participation à l’ouvrage : Les marxistes contre l’autogestion signé par le « Comité d’alliance ouvrière de la RNUR (Boulogne Billancourt) » avec la collaboration de Stéphane Just, édité par la Sté d’Edition et de Librairie Informations Ouvrières, 1974.

SOURCES : Entretien et correspondance avec Hélène Lefèvre, en août 2012. — Notices biographiques Renault publiées sous la direction de Gilbert Hatry, Éditions JCM, 1990.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément