RAOUL Robert, Joseph, Marie

Par Daniel Grason

Né le 5 août 1920 à Glomel (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 12 avril 1999 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ; manœuvre spécialisé ; interné.

Fils d’Auguste, cultivateur et de Marie, née Robin, Robert Raoul ainé de cinq enfants vivait chez ses parents, propriétaires d’un pavillon 3 rue de la Prospérité à Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis). Il alla à l’école primaire, obtint son CEP. De la classe 1940, il ne fut pas mobilisé, travailla comme manœuvre spécialisé pour le compte des allemands dans la caserne des Roses au Bourget (Seine, Seine-Saint-Denis). Il participait à des sorties campings avec d’autres jeunes de la localité, le 15 août 1941 une balade était prévue. Le 12 août 1941, Robert Raoul donna rendez-vous à Charles Kolaza et Simon Bronsztein pour se rendre le lendemain dans un magasin d’articles de sports situé rue du Havre, Paris (IXe arr.).
Le 13 août vers 17 heures 30 au Quatre-Routes à Drancy, les trois jeunes gens prenaient la direction de Paris. Vers 18 heures 45, ils sortirent de la station de métro Opéra, et s’engageaient du boulevard Haussmann dans la rue Glück en direction de la rue du Havre (IXe arr.) quand ils furent interpellés par plusieurs policiers. Les Jeunesses communistes de la région Paris-Est organisaient ce jour-là à cet endroit une manifestation de protestation contre la présence des troupes allemandes en France. Il y eut dix-sept arrestations dont celle d’une jeune fille, Odette Lecland future Odette Nilès. La procédure et les scellés furent adressés au conseiller Karl Boemelburg commandant SS-Sturmbannführer qui dirigeait la SIPO et la Gestapo sur le territoire français.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales à la préfecture de police, il affirma qu’il ignorait l’existence d’un mot d’ordre des jeunesses communistes, déclara qu’il n’était membre ni du parti ni des jeunesses communistes.
Seize des dix-sept jeunes arrêtés furent incarcérés à la prison du Cherche-Midi, à Paris (VIe arr.), l’un d’entre eux, Désiré Bertieau étant parvenu à s’enfuir le 14 août alors qu’il était détenu au Dépôt.
Le 23 août 1941 les seize détenus comparurent devant une cour martiale allemande, rue Saint-Dominique, à Paris (VIIe arr.).
Trois d’entre eux furent condamnés à mort pour « intelligence avec l’ennemi » : André Sigonney, Raymond Justice et Jean-Louis Rapinat, qui furent fusillés le 26 août 1941 au Mont-Valérien.
Quatre jeunes gens, Émile Grout, Marcel Ancelin, Daniel Chandon et Rémy Toutin furent condamnés aux travaux forcés à perpétuité, ainsi que Désiré Bertieau qui lui fut condamné par défaut. Émile Grout mourut le 27 octobre 1941 à la prison de Rheinbach (Allemagne).
Robert Raoul et les huit autres inculpés furent acquittés. Bien qu’acquitté, Robert Raoul était catalogué comme un « Élément actif de la propagande communiste clandestine parmi les jeunes ». Il fut interné le 25 août 1941 en application du décret du 18 novembre 1939, et il fut transféré le 16 septembre 1941 au camp de Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique). Le 6 novembre, il s’adressait au préfet du département, dans sa lettre il rappelait que malgré son acquittement il était interné. Espérant une mesure de clémence, il demandait que son dossier soit examiné, rappelant qu’il n’avait « jamais appartenu à aucune organisation politique, et étant l’ainé d’une famille nombreuse ». Le préfet de la Loire-Inférieure rapportait la mesure d’internement le 5 mars 1942, Robert Raoul fut libéré.
Il épousa le 30 juillet 1945 Émilienne Baraut en mairie d’Aulnay-sous-Bois (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis). Robert Raoul mourut dans cette ville le 12 avril 1999.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article142176, notice RAOUL Robert, Joseph, Marie par Daniel Grason, version mise en ligne le 15 octobre 2012, dernière modification le 31 mai 2021.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. KB 64, 77W 25. — Bureau Résistance (pas de dossier). — État civil, Glomel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément