VUILLECOT Jean, Lucien, Auguste

Par Bertrand Gogendeau, Michel Thébault

Né le 11 septembre 1923 à Montlebon (Doubs), fusillé après condamnation à mort le 16 avril 1943 à Angers (Maine-et-Loire) ; résistant SR suisse et britannique.

Jean Vuillecot était le fils de Léon, Jules Vuillecot âgé de 21 ans menuisier et de Marguerite, Laure Niquille âgée de 19 ans. Ses parents s’étaient mariés le 13 avril 1923 à Montlebon, une commune à la frontière de la Suisse. Au recensement de Montlebon en 1936, la famille résidait au lieu-dit Sur le Fourg. Jean Vuillecot avait une sœur Jeanne née en 1925.
 
Jean Vuillecot s’engagea dans la résistance avec quelques camarades de Morteau, la commune voisine, Georges Beuret, Robert Tschanz et Alfred Carnet. Recrutés par le SR suisse, ils travaillaient également pour les services secrets britanniques (liés au SR suisse). Leur connaissance du secteur de la frontière en firent des passeurs du Val de Morteau. Durant l’occupation allemande, le Val de Morteau fut un lieu de passage, pour les réfractaires au S.T.O., les prisonniers évadés, les aviateurs alliés tombés sur le territoire français, les résistants traqués, et de nombreuses familles juives venues souvent de l’étranger, de Belgique ou des Pays-Bas. Depuis le Val de Morteau, les passeurs-résistants acheminaient les courriers liés aux activités de renseignement, guidaient les personnes qui tentaient de passer la frontière et faisaient en même temps de la contrebande (tabac, horlogerie). Selon Christian Rossé dans son ouvrage Guerre secrète en Suisse (op. cit.) Alfred Carnet fut repéré et retourné par les services secrets allemands, vraisemblablement ceux de l’Abwehr dont le secteur Nord était basé à Angers. Il dénonça ses camarades qui furent arrêtés. Jean Vuillecot fut arrêté dans l’après-midi du 29 août 1942 à Montlebon par des douaniers allemands. D’abord incarcéré à Pontarlier il fut transféré à Angers interné à la prison du Pré Pigeon. Il fut traduit devant le tribunal militaire allemand d’Angers le 24 mars 1943. Le 30 mars, il fut condamné à mort pour espionnage et pour avoir facilité le franchissement de la frontière franco-suisse à des juifs étrangers. Il a été fusillé le 16 avril 1943 à 9 heures, avec Robert Tschanz et Georges Beuret.
Il fut inhumé dans le cimetière de l’Est à Angers (carré 5, tombe 14). Les autorités allemandes n’ayant pas donné son nom au moment de son inhumation, le maire d’Angers fit procéder à son exhumation pour identification, le 23 avril 1944 à 19 heures. Son corps fut exhumé le 18 septembre 1948 et restitué à sa famille.
 
Il obtint la mention mort pour la France le 4 juin 1947. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Montlebon et sur le monument des fusillés de Belle-Beille à Angers. Il figure également à Besançon (Doubs) dans le monument aux morts de la Chapelle des Buis, où dans la crypte sont gravés, les noms de 6240 victimes civiles et militaires de la seconde guerre mondiale dans le Doubs, la Haute Saône et le Territoire de Belfort.
 
Alfred Carnet fut jugé le 11 décembre 1944 par le tribunal de La Chaux-de-Fonds (Suisse) et condamné à mort pour trahison. Gracié en mars 1945, il fut condamné à la réclusion à vie. Il fut en 1957 expulsé vers l’Allemagne dont il avait pris la nationalité.


Angers, champ de tir de Belle-Beille (Maine-et-Loire) 1944 –1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article142816, notice VUILLECOT Jean, Lucien, Auguste par Bertrand Gogendeau, Michel Thébault, version mise en ligne le 4 novembre 2012, dernière modification le 4 mai 2022.

Par Bertrand Gogendeau, Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC, Caen Cote AC 21 P 548 683 Arch. Dép. Maine-et-Loire, 181 J 50, 303 W 292. — Arch. mun. Angers, 4 H 103. — Registre des inhumations des cimetières de l’Est à Angers et de Morteau. — Justine Bihl, Louise Capu, Clara Stromboni. Les fusillés de Belle-Beille : 21 février 1942-7 juin 1944 : des noms dans la pierre car ils s’engagèrent pour libérer la France. Ed. du Petit pavé et Archives départementales de Maine-et-Loire. Septembre 2020. — Christian Rossé Guerre secrète en Suisse 1939 – 1945 Nouveau Monde Éditions Novembre 2015. — Discours de Jean-Michel Blanchot, président du comité du Souvenir Français du Val de Morteau lors de la cérémonie du Souvenir Français à la Chapelle des Buis, le dimanche 5 septembre 2021 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément