BRUCKER Edmond

Par Daniel Grason

Né le 16 septembre 1900 à Paris, fusillé comme otage le 6 septembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cinéaste ; membre de la Grande Loge de France.

Fils d’Emmanuel et d’Henriette, née Appel, Edmond Brucker demeurait 30 rue de Villeneuve à Garches (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine). Il fut secrétaire, boursier, courtier en grains, artiste, cinéaste selon les sources. Franc-Maçon, il fut membre de la Grande loge de France (GLF), adhérent de la loge no 372, L’Acacia, Orient de Paris.
Le 12 août 1941 vers 14 heures à l’angle de la place de la Bourse et de la rue des Colonnes, il se disputa avec Henri G., publiciste, membre du Rassemblement national populaire (RNP) personne qu’il connaissait. Le ton monta, Henri G. déclara à l’adresse d’Edmond Brucker : « Heureusement que les Allemands ont pris une ordonnance pour nous débarrasser des juifs ». Deux témoins dont un journaliste assistèrent à la scène. Selon le journal collaborationniste Le Matin, Edmond Brucker riposta, se précipita sur lui, le déséquilibra en criant : « Sale collaborateur ! »
Appréhendé par un gardien de la paix, il fut emmené au commissariat du quartier Vivienne-Gaillon (IIe arr.), en compagnie d’Henri G. La police enregistra l’incident, les deux hommes rentrèrent chez eux. Le lendemain, un officier allemand de la Gestapo, alerté probablement par Henri G., se présenta au commissariat. Il demanda des explications sur l’incident et donna l’ordre d’arrêter Edmond Brucker. Arrêté chez son frère, rue Tronchet (VIIIe arr.), son incarcération eut lieu le 6 septembre 1941 à la prison de la Santé.
Le Matin titra le 17 août, en page une : « Les agressions juives se multiplient ». Les jeunes juifs étaient dénoncés comme vivant de « trafics inavouables, de marché noir. [...] De l’arrogance, les juifs en sont aujourd’hui venus à la provocation. Assurés qu’ils se disent de l’impunité, ils ne menacent plus, ils frappent ». Edmond Brucker était accusé d’avoir frappé « sauvagement » Henri G. et voulu lui « crever les yeux ».
Le 3 septembre, le sergent Ernst Hoffmann fut légèrement blessé à l’omoplate gauche par un coup de feu alors qu’il entrait dans l’hôtel Terminus, 5 rue de Strasbourg, Paris (Xe arr.). Selon les autorités allemandes, cet attentat ne pouvait être que l’œuvre d’un communiste. Le 6 septembre, trois otages : Eugène Anjubault, communiste ; Jean Meichler, leader de la IVe Internationale et Edmond Brucker, d’origine juive furent passés par les armes au Mont-Valérien.
Son corps fut inhumé dans la division 39, ligne 4, tombe 3 du cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), exhumé le 18 juillet 1947 ; Edmond Brucker fut ré-inhumé au cimetière de Garches. Son nom fut gravé sur le monument aux morts de la ville, ainsi que sur la stèle comportant cent soixante-quatorze noms posée en 1947 sur le parvis de l’entrée de la GLF 8 rue Puteaux (XVIIe arr.) : « Aux Francs-Maçons de la Grande Loge de France persécutés 1939-1945. Que leur mémoire demeure à jamais sacrée ». Le ministère des Anciens Combattants le reconnut « Mort pour la France » le 24 septembre 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143072, notice BRUCKER Edmond par Daniel Grason, version mise en ligne le 16 novembre 2012, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 1752, 77W 40. – DAVCC, Caen, otage B VIII dossier 2 (Notes Delphine Leneveu et Thomas Pouty). – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit.Le Matin, 17 août 1941. – Site Internet du Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément