MÉRIAUX Hector, Désiré

Par Jacques Girault

Né le 3 octobre 1901 à Waziers (Nord), mort le 13 mars 1996 à Paris (XVe arr.) ; professeur ; militant syndicaliste du SNALC ; président de la Société des agrégés (1952-1961).

Fils d’un secrétaire de l’inspection académique de Lille, Hector Mériaux fut élève du lycée de Lille. Orphelin de son père en février 1919, admis en classe de première supérieure aux lycées Lakanal à Sceaux puis Louis-le-Grand à Paris, boursier de licence, il obtint une licence ès lettres à la Sorbonne en 1922 et un diplôme d’études supérieures à la faculté des lettres de Lyon en 1923. Il était alors professeur délégué au lycée de garçons de Mâcon (Saône-et-Loire). Il partit au service militaire en novembre 1926 et le termina en novembre 1927 en Rhénanie avec le grade de sous-lieutenant. Muté au lycée de Douai (Nord) depuis 1925, il y resta jusqu’en 1937. Admissible à l’agrégation des lettres en 1924, il échoua en 1925, en 1926, et fut reçu en 1929 à l’agrégation de grammaire. Il entra dans le cadre parisien en 1937 au lycée Buffon à Paris.

Hector Mériaux se maria en septembre 1925 à Lyon (IIe arr.) avec Yvonne Vernet, ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, qui, après avoir exercé à Douai, obtint un poste de professeur de lettres au collège Camille Sée à Paris et fut secrétaire de la section syndicale du S3. Retraitée en 1961, elle décéda en 1965. Ils habitaient le XVe arrondissement et avaient deux enfants.

Adhérent de la Société des agrégés, il fut élu membre de son Comité national en 1933, secrétaire de 1934 à 1938, vice-président du 14 juillet au 4 décembre 1938, puis président (14 voix contre 1 à Fouilhé) jusqu’en 1940. Il militait alors au Syndicat national des lycées, collèges et cours secondaires créé en 1937, successeur du Syndicat national des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin (S3).

Mobilisé en août 1939, il fut fait prisonnier le 30 mai 1940. En captivité en Allemagne, dans l’Oflag 2B en Silésie, puis près de Poznan, malade, il fut rapatrié pour raison sanitaire le 21 octobre 1942, et fut hospitalisé au Val-de-Grâce jusqu’en mai 1943.

Hector Mériaux reprit son poste au lycée Buffon et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1966.

Après la guerre, il participa à la renaissance en 1947 du Syndicat national autonome des lycées et collèges. Membre de son bureau national, il en devint le secrétaire général puis le président-adjoint en 1951-1952, avant d’en être le président de 1952 à 1961. Désigné par son syndicat pour siéger au comité technique paritaire en 1948, renouvelé en 1951, il demandait régulièrement à bénéficier des mêmes avantages que les représentants du Syndicat national de l’enseignement secondaire. Il était resté dans les années 1950 un des dirigeants de la Société des Agrégés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143292, notice MÉRIAUX Hector, Désiré par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2012, dernière modification le 18 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 17778, 17795, 17820, 27871 (dossier d’Yvonne Mériaux), 28745 (dossier d’Hector Mériaux). — VERNEUIL (Yves), La société des agrégés de sa fondation à nos jours, thèse, Paris IV, 2000. — Notes d’Alain Dalançon et de Jean-Christophe Vayssette

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément