MÉRIEL Pierre

Par Jacques Girault

Instituteur dans le Calvados ; militant syndicaliste.

Instituteur à Saint-Vigor par Bayeux, Pierre Mériel était en 1950 le dirigeant de la tendance « cégétiste » du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, correspondant de L’École libératrice. Responsable des questions revendicatives, plus tard, il devint celui de la commission « Fonction publique ». Lors du congrès national du SNI, le 9 juillet 1954, il intervint après le rapport pédagogique de Georges Lauvergnat. À la fin de 1954, il était présenté dans L’École libératrice comme un des représentants de SUDEL, la maison d’éditions du SNI.

Pierre Mériel appela avec Bernard Hélie à voter le rapport moral départemental alors que l’autre élu "cégétiste", Guy Julienne s’y opposait. Les militants « cégétistes » du département approuvèrent Julienne et Mériel démissionna de sa position de chef de file, tout en restant par la suite respectueux des analyses du courant minoritaire.

Pierre Mériel termina sa carrière enseignante à Caen où son épouse dirigeait une école primaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143294, notice MÉRIEL Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2012, dernière modification le 14 septembre 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Notes de Guy Julienne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément