CALMEL Gérard

Par Louis Botella, Olivier Dedieu

Né le 19 mars 1912 à Caunes-Minervois (Aude), mort le 24 février 1982 à Montpellier (Hérault) ; infirmier ; militant SFIO ; responsable syndical FO ; maire de Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) ; résistant.

Natif de l’Aude, Gérard Calmel était issu d’une famille ancrée à gauche. Son grand-père puis son père étaient tous deux militants socialistes. Encore jeune, il perdit son père qui était postier. Après son certificat d’études, il s’engagea à 18 ans, mais abandonna son projet pour se marier.

Par l’intermédiaire d’enfants des employeurs de sa belle-mère, il trouva, en 1933, un poste de veilleur de nuit à Font d’Aurelle, structure dépendant de l’hôpital de Montpellier. Militant socialiste depuis son plus jeune âge, Gérard Calmel était alors un jeune militant pivertiste actif. Avec Albin Tixador, son voisin, il adhéra en 1941 à Combat. Lors de l’arrestation de ce dernier, il se réfugia à Saint-Guilhem-le-désert, auprès de sa belle-famille.

À la Libération, il fut président du comité local de Libération et devint maire de la commune en 1945. La même année, il défendit les couleurs de son parti lors des élections cantonales. Arrivant derrière le candidat communiste, il ne se représenta pas au 2e tour.

De retour à Montpellier, Gérard Calmel reprit, en 1948, ses fonctions à Font-d’Aurelle. Aide-soignant, il devint par la suite infirmier, surveillant puis surveillant chef à la clinique Saint-Charles avant d’intégrer les services administratifs du C.H.R. Syndicalement, il milita à la CGT. Suite aux grèves de 1947, il créa et dirigea, dès 1949, un syndicat autonome dont il fut le secrétaire général national en 1950. Il abandonna à ce moment-là la direction du syndicat local qu’il reprit en janvier 1952.

En mars 1952, devenu administrateur des hôpitaux il abandonna cette la direction du syndicat à Justin Guilhot. Il fut élu ou réélu, toujours en mars 1952, secrétaire général adjoint du groupement départemental FO des services publics et de santé de l’Hérault, en charge de la branche santé. En juin 1959, il assuma toujours cette fonction. Durant cette période, il fut membre du conseil d’administration de la section SFIO de Montpellier

À la fin des années 1950, Gérard Calmel était un militant actif et reconnu de la gauche montpelliéraine. Administrateur de l’Union départementale FO de l’Hérault, de l’hôpital, de la caisse d’allocations familiales de Montpellier-Lodève, il fut aussi vice-président du club de jeu à XIII de Montpellier, président de l’amicale sportive hospitalière, président de l’association des « amis des malades », membre de la commission départementale d’aide sociale et fondateur d’une fanfare, celle des « faucons rouges ».

Plus tard, il fut aussi administrateur de la caisse d’épargne et de l’office HLM de la ville ainsi que de l’URSSAF. Comme nombre de ses camarades de la gauche du parti, il fut aussi militant de la Ligue des droits de l’homme, administrateur de la F.O.L de l’Hérault et membre d’une obédience maçonnique.

En 1957, il devint secrétaire adjoint de la section de Montpellier. Un an plus tard, il fut investi candidat sur le canton d’Aniane. Maire d’une petite commune excentrée, il ne put battre le sortant radical Pierre Castel. Malgré plusieurs tentatives (1945, 1958, 1970, 1976), il fut toujours battu par les candidats radicaux puis communistes. De même, candidat suppléant lors des législatives de 1962, il fut battu au 1er tour par Paul Coste-Floret, le député sortant démocrate-chrétien.

Au sein du Parti socialiste, Gérard Calmel s’afficha clairement à la gauche du parti. En 1956, il protesta contre l’interdiction de la Tribune du socialisme. Pour autant, malgré sa proximité avec les militants du PSA (Parti socialiste autonome), il resta à la SFIO.

Membre du conseil d’administration de la fédération départementale des élus socialistes et républicains (FDSER), il fut membre suppléant de la commission exécutive fédérale en 1970, époque où il était toujours secrétaire adjoint de section. En 1971, il fit partie des anciens de la SFIO qui appuyèrent la candidature à l’investiture de Georges Frèche, futur maire de Montpellier. Tardivement, en 1977-1978, il quitta la section de Montpellier pour en créer une à Saint-Guilhem-le-Désert.

].

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143402, notice CALMEL Gérard par Louis Botella, Olivier Dedieu, version mise en ligne le 4 août 2016, dernière modification le 28 août 2016.

Par Louis Botella, Olivier Dedieu

SOURCES : Arch. Nat. F/1cII/291. — Arch. Départ. de l’Hérault 406 W 124, 338 W 56 et 67, 376 W 27 et 64, , 506 W 326, 541 W 40, Dossier CVR. — Arch. Ours Dossiers Hérault. — Archives A. Seurat.. — Languedoc-Roussillon Syndicaliste, organe des UD FO des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault et de l’Aveyron, mars 1952 (BNF, FOL JO 6272). — Comptes rendus des congrès confédéraux FO de 1952 et de 1961. — Journal officiel, 11 février 1968.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément