GERMAY Roch.

Par Freddy Joris

Verviers (pr. Liège, arr. Verviers), 14 septembre 1837 – 25 avril 1908. Ouvrier fondeur puis peintre en bâtiment, militant de l’Association internationale des travailleurs, propagandiste du Parti ouvrier belge de Verviers, dirigeant de l’Union démocratique, conseiller provincial de Liège, conseiller communal de Verviers.

Roch Germay s’engage, dans son jeune âge, à la Légion étrangère française et prend part aux campagnes du Second Empire en Crimée, en Afrique et en Italie. Rentré à Verviers, il y fonde une famille et collabore, avec Pierre Fluche, aux débuts des Francs-ouvriers et du Mirabeau en 1867-1868. Dissident, Germay est, avec Frédéric-Joseph Thiry, un des quatre rédacteurs du Martinet en 1869. Puis on ne le trouve plus à l’avant-plan de l’action sociale jusqu’en 1887.

En 1887, Roch Germay est un des propagandistes du Parti ouvrier belge (POB). Il reste, durant vingt ans, constamment aux côtés de Pierre Fluche. En 1889, il est ainsi membre du Cercle des capacitaires et des censitaires et est pressenti (mais non retenu) comme candidat de ce cercle aux élections provinciales de 1890.

En 1892, Roch Germay est le président de l’Union démocratique qui reprend le programme du Cercle des capacitaires. À ce titre, il collabore sans doute à La Libre tribune (1892) et à La Défense (1895). En 1895, il peint un portrait de Pierre Fluche qui restera longtemps dans les locaux de la Maison du Peuple puis de la Maison syndicale de la rue du Gymnase à Verviers.

Roch Germay est élu au conseil provincial de Liège en 1900 et deviendra vice-président de cette instance. Deux ans plus tard, en novembre 1902, il entre au conseil communal de Verviers comme suppléant de l’ancien sénateur progressiste, Ernest Gilon, décédé.

Régulièrement réélu dans ces deux mandats, Roch Germay fait l’objet, en tant qu’ami de Pierre Fluche, des vives attaques de Jean Fraiture, dit Defraiteur, qui se moque de son passé de zouave pontifical. Membre de la Commission communale du travail avec Pierre Fluche et Joseph Demoulin, il collabore en 1907 à La Voix du Peuple.

Roch Germay a publié en 1899 chez Ernest Gilon, L’herboriste verviëtais, recueil de cent plantes médicinales régionales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143481, notice GERMAY Roch. par Freddy Joris, version mise en ligne le 11 décembre 2012, dernière modification le 20 décembre 2019.

Par Freddy Joris

SOURCE : JORIS F., Pierre Fluche et le mouvement ouvrier verviétois sous Léopold II, Tubize, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément