PIANE Camille

Par Louis Botella, Claude Pennetier, Julien Lucchini

Né le 9 mars 1913 à Villereverse (Ain), mort le 25 février 2009 à Ares (Gironde) ; employé des PTT, contrôleur ; syndicaliste CGT de l’Ain ; militant du Parti communiste ; adjoint au maire d’Ambérieu-en-Bugey.

Camille Piane en 1985
Camille Piane en 1985

Fils d’un facteur et d’une mère sans profession, Camille Piane, employé des PTT, vérificateur, se maria le 19 août 1937 à Dijon (Côte d’Or). Résistant, il adhéra au Parti communiste en 1944 et fut, en 1945, adjoint au maire d’Ambérieu-en-Bugey. Lors du scrutin de 1947, il fut battu ainsi que toute sa liste. Il siégea au bureau de la fédération communiste de l’Ain.

Nommé le 15 août 1939 aux PTT comme agent des installations extérieures d’Ambérieux-au-Bugey, mobilisé le 9 septembre dans l’armée des Alpes, libéré le 20 juillet 1940, il réintégra son service. Plus tard, un voisin cheminot, chargé de reconstituer le syndicat le fit rencontrer Jules Blanchet, futur capitaine Gérard des unités FTPF (qui fut élu député communiste à la Libération) et il rentra dans la Résistance. Il fut homologué comme FFI.

Secrétaire du syndicat CGT des PTT d’Ambérieu-au-Bugey et secrétaire départemental adjoint, il fut d’abord membre du bureau de l’Union locale CGT de cette commune puis son secrétaire général et membre du conseil d’administration de l’UD-CGT (1952). En 1953, il était secrétaire départemental adjoint de la fédération postale et membre de la commission administrative de l’UD-CGT de l’Ain. De 1964 à 1965, il exerçait également la responsabilité d’administrateur de la sécurité sociale.

Militant communiste, Camille Piane fut secrétaire de la section locale d’Ambérieu-en-Bugey de 1953 à 1964, puis siégea de 1965 à 1966 au comité de section. Membre du bureau fédéral de 1953 à 1957, il siégea ensuite au comité fédéral jusqu’en 1961, puis à la commission fédérale de contrôle financier de 1961 à 1966.

Camille Piane fut envisagé comme candidat communiste dans la 3e circonscription de l’Ain (Ambérieux-Trévoux) pour les élections législatives de 1964, mais victime d’un accident de la route, il fut remplacé par le cheminot René Cantenys. Camille Piane figurait comme tête de liste aux élections municipales de 1965 dans sa commune.
Il avait été administrateur de la CPAM de l’Ain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143720, notice PIANE Camille par Louis Botella, Claude Pennetier, Julien Lucchini, version mise en ligne le 20 décembre 2012, dernière modification le 3 juin 2022.

Par Louis Botella, Claude Pennetier, Julien Lucchini

Camille Piane en 1985
Camille Piane en 1985

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. Dép. Ain, 306 W 28. — Résistance dans les PTT, publié par Libération nationale des PTT, 1986. — SHD, Vincennes, GR 16 P 474749. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément