MÉTAIS Pierre, Jean, Marie

Par Florence Regourd

Né le 23 juin 1930 à Couhé-Vérac (Vienne), mort le 29 décembre 2019 à La Rochelle (Charente-Maritime). ; instituteur ; maire socialiste de Champagné-les-Marais (Vendée), conseiller général, conseiller régional, député de Vendée (1981-1993).

Archives de l’Assemblée nationale.
Archives de l’Assemblée nationale.
Campagne pour les élections législatives (juin 1981).

Pierre Métais, fils de Maurice Métais et de Fernande Jozereau fut marqué par le décès de son père. Ébéniste de formation, ce dernier était ensuite devenu garde-mobile puis gendarme. Il fut tué à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) en 1943 par un commando de Waffen SS, pour acte de résistance. Fernande Métais se retrouva avec ses deux enfants, dont Pierre Métais, le cadet, sans ressources. Les enfants, pupilles de la Nation depuis le 5 décembre 1944, furent accueillis avec leur mère chez une de ses sœurs, à Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres).

Après l’école publique et le brevet élémentaire, Pierre Métais se dirigea vers l’École normale d’instituteurs de La Roche-sur-Yon (Vendée) où il passa le baccalauréat et resta d’octobre 1947 à 1952. Il y rencontra sa future épouse, Denise Raynaud, originaire des Sables d’Olonne où ils se marièrent le 11 septembre 1952. Ils devinrent tous les deux instituteurs et eurent deux fils.

Nommés stagiaires puis titularisés à L’Angle de Chantonnay en poste double en 1952, ils firent toute leurs carrières en Vendée. Après son service militaire à Saint-Maixent, de 1953 à la fin 1954, il fut nommé en janvier 1955 à Chaillé-les-Marais. Jusqu’en 1957, il avait en responsabilité le CE1 et le CE2 à l’école de garçons tandis que son épouse s’occupait de la maternelle. Il devint directeur de l’école publique de Champagné-les-Marais où le couple resta en poste de 1957 à 1981.

Adhérent au Syndicat national des instituteurs de Vendée et militant de l’Amicale laïque de sa commune, Pierre Métais ne s’engagea pas dans les responsabilités syndicales mais dans l’action politique. Il entra à la Convention des Institutions Républicaines quasiment à sa création, en 1965. Soutenant une stratégie d’union de la gauche et de défense laïque, il entama une carrière politique presque « par hasard » selon sa propre expression. Élu maire de Champagné-les-Marais en 1965 dans la foulée de la campagne de François Mitterrand pour les élections présidentielles, il fut constamment réélu jusqu’en 1995 où Daniel Ringeard, socialiste, lui succéda. Après le congrès d’unification des socialistes de 1971 à Épinay, militant du Parti socialiste, il fut membre de la commission exécutive de la fédération socialiste dans les années 1970-1980.

Sollicité dès 1967 pour se présenter dans le canton rural de Chaillé-les-Marais qui appartient au sud-Vendée traditionnellement « bleu », républicain et laïque, Métais refusa, laissant Fernand Gadras, conseiller général sortant, radical, élu depuis 1931, faire son dernier mandat. Le canton de Chaillé-les-Marais servait souvent de canton « témoin » de la Vendée bleue, par opposition à la Vendée du bocage. Mitterrand y obtint la majorité lors de l’élection présidentielle de 1965. A l’élection cantonale partielle de 1972, à l’issue du décès de Fernand Gadras, Pierre Métais fut élu contre Valentin Debouté au second tour, par seulement 54 voix d’écart. Il fut alors le seul socialiste dans l’assemblée départementale. Dès 1973, il fut élu au premier tour et ce jusqu’à son avant-dernier mandat se terminant en 1998, bénéficiant du report des voix communistes.

Dans ces années 1980, Pierre Métais présida plusieurs organismes dont le but était de favoriser les synergies entre les communes afin de développer le sud de la Vendée, encore trop enclavé (Syndicat mixte du Marais Poitevin, District du canton de Chaillé-les-Marais, Syndicat mixte d’étude-Contrat régional du Pays de la Baie de l’Aiguillon, Contrat d’Aménagement rural et d’animation). Au Conseil général, il siégea dans les commissions Voierie, Agriculture et Action économique.

En juin 1981, Pierre Métais fut le premier député socialiste élu en Vendée dans la 2e circonscription (Fontenay-le-Comte), battant de justesse le député sortant André Forens avec 50,5 % des suffrages exprimés. Réélu en 1986 en tête de la liste « Pour une majorité de progrès avec le Président de la République », il y eut grâce à la proportionnelle (29,5 % des suffrages exprimés) deux députés socialistes avec Philippe Puaud*. Un seul canton de Vendée, celui de Chaillé-les-Marais, vota majoritairement à gauche, avec près de 58 % des suffrages exprimés. Pierre Métais fut réélu dans la 5e circonscription de Vendée en 1988, au second tour, avec un suppléant « centriste », contre Montfort de Tinguy du Pouet, qu’il devança de 703 suffrages. Le canton de Chaillé-les-Marais le « plébiscita » avec 64,6 % des suffrages. Il ne se présenta pas en 1993.

Pierre Métais fut également conseiller régional des Pays de la Loire de 1981 à 1984. Après 1993, il abandonna progressivement ses différents mandats.

Chevalier de l’Ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques et chevalier de la Légion d’Honneur, Pierre Métais, veuf, se remaria le 8 mars 2008 à La Rochelle (Charente-Maritime) avec une camarade de l’école normale. Ils vivaient en 2012 à La Rochelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143767, notice MÉTAIS Pierre, Jean, Marie par Florence Regourd, version mise en ligne le 23 décembre 2012, dernière modification le 29 janvier 2020.

Par Florence Regourd

Archives de l'Assemblée nationale.
Archives de l’Assemblée nationale.
Campagne pour les élections législatives (juin 1981).

SOURCES : Archives de l’Assemblée nationale. — Fondation Jean Jaurès, 13 EF 85. — Fonds de la fédération socialiste de Vendée déposé au CDHMOT de Vendée. — Interview par Florence Regourd (2012). — Yves Hello, Blancs, Bleus, Rouges. Histoire politique de la Vendée (1789-2002), Geste éditions, 2004.. — Notes de Jacques Girault. — Ouest-France, 31 décembre 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément