ROGER Georges

Par Claude Pennetier, Julien Lucchini

Né le 6 septembre 1921 à Précy (Cher), fusillé le 23 novembre 1943 à Bourges (Cher) ; employé de bureau ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de Gustave Roger, charron, et d’Alphonsine Priot, Georges Roger, célibataire, vivait à Boiron-de-Précy (Cher).
Membre du maquis FTPF d’Ivoy-le-Pré, arrêté le 17 septembre 1943 pour « complicité de sabotage et détention de munitions », Georges Roger fut également accusé d’avoir pris part à des vols en mairies. Il avait déjà été arrêté en mai de la même année par la police française, mais avait réussi à s’évader grâce à l’intervention de membres de son groupe.
Il fut condamné à mort par le tribunal allemand FK 776 de Bourges et fusillé le 23 novembre 1943 à Montifaut, polygone de Bourges. Il fut inhumé au cimetière Saint-Lazare, fosse 872. Il avait vingt-deux ans.
Un panneau sur la RN 142, inauguré le 6 septembre 2012, commémore l’exécution de quarante et une personnes lors de la Seconde Guerre mondiale à Bourges, d’avril 1942 à juillet 1944, sur le site de Montifaut, dans l’enceinte du polygone (champ de tir).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article143901, notice ROGER Georges par Claude Pennetier, Julien Lucchini, version mise en ligne le 12 janvier 2015, dernière modification le 27 février 2017.

Par Claude Pennetier, Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – Musée de la Résistance nationale, fichier de l’Association des familles de fusillés. – Notes Maurice Renaudat. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément