MICHEL Georges

Par Alain Dalançon

Professeur agrégé de mathématiques ; militant syndicaliste du SNES à Paris, membre de la CA nationale (1949-1958).

Georges Michel fut reçu à l’agrégation de mathématiques en 1933 (17e sur 23 lauréats) puis fut nommé professeur au lycée Périer de Marseille (Bouches-du-Rhône). À la rentrée 1938, il fut muté au lycée Rollin à Paris et demeura dans cet établissement renommé Jacques-Decour à la Libération.

Il militait au Syndicat national de l’enseignement secondaire après 1945 dans son établissement dont il fut longtemps secrétaire de la section (S1) ; il signa la protestation parue le 11 mai 1949 dans Combat après un article paru dans ce journal, au sujet de l’affaire Lablénie.

Il militait également dans la section académique (S2 puis S3 après 1949) dont il était membre de la commission administrative et au plan national. Après 1948, adhérent de la FEN-CGT, il fut élu membre suppléant de Jacqueline Marchand à la CA nationale en 1949 et en 1950 sur la « liste B » des « cégétistes ». De 1951 à 1956, il fut réélu chaque année titulaire en tant que tête de cette « liste B » pour la catégorie des agrégés. Il n’était plus candidat à l’élection suivante en 1958..

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article144014, notice MICHEL Georges par Alain Dalançon, version mise en ligne le 7 janvier 2013, dernière modification le 13 février 2018.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Arch. IRHSES (SNES, S3 Paris, L’Université syndicaliste)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément