SCHLOSSER Albert (fils)

Par Patrick Auzende

Né le 6 mai 1892 à Guebwiller (Haute-Alsace, Alsace-Lorraine), mort le 20 janvier 1958 ; margeur alsacien ; syndicaliste CGT du Livre, président du Syndicat des margeurs et des relieurs de Strasbourg de 1923 à 1927, président du Syndicat des relieurs et des margeurs de Strasbourg et président du Groupe régional des relieurs et des margeurs d’Alsace-Lorraine de 1936 à 1954 ; représentant à l’Office du Tarif ; membre de commission exécutive de l’Union Locale et de l’Union Départementale de la CGT.

Albert Schlosser naquit dans une famille de typographe le 6 mai 1892 à Guebwiller, en Haute-Alsace, en Alsace-Lorraine, région de l’Empire allemand de 1871 à 1918. Son père, Albert Louis Schlosser (voir ce nom) fut typographe à l’imprimerie de l’Alsacien (Bürgerzeitung) à Strasbourg (Basse-Alsace) et l’un des dirigeants de 1919 à 1925 du Groupe régional Alsace-Lorraine, le 17ième groupe de la Fédération Française des Travailleurs du Livre CGT. Sur le plan professionnel, Albert Schlosser commença d’abord à apprendre les métiers du textile puis finalement, comme son père et ses trois frères, choisit les métiers du livre. Il exerça la profession de typographe. Suivant son père licencié après le conflit sur les conventions collectives à l’imprimerie Dreyfus de Guebwiller en 1901, Albert Schlosser arriva à Strasbourg en Basse-Alsace en 1901. De 1908 à 1915, il est employé à l’imprimerie Herrmann Huber de Strasbourg puis de 1915 à 1939, Albert Schlosser est typographe comme son père l’imprimerie de L’Alsacien (Bürgerzeitung). Il pousuivit sa carrière professionnelle à l’imprimerie française puis à l’imprimerie du journal du parti radical de Camille Dahlet La République. Durant la période de la seconde guerre mondiale, de 1940 à 1944, Albert Schlosser fut employé en Allemagne, dans le Land du Bade Wurtemberg à Rastatt et ensuite à Karlsruhe. Après guerre, Albert Schlosser trouva alors une place à l’imprimerie de l’Humanité et pour raison de santé, il termina sa longue carrière professionnelle comme gardien de musée de la ville de Strasbourg.

Sur le plan syndical, Albert Schlosser adhéra en 1918 à l’Union des Relieurs et des Margeurs de Strasbourg. Cette organisation syndicale fondée en 1896 appartenait à la 175e section de la Fédération Française des Travailleurs du Livre CGT. Albert Schlosser y exerça des responsabilités au plus haut niveau. De 1923 à 1927, il fut le président du Syndicat des margeurs et des relieurs de Strasbourg. De 1936 à 1954, Albert Schlosser cumula cette fonction avec celle de président du Groupe régional Alsace-Lorraine des relieurs et des margeurs. En 1954, il fut élu président d’honneur du Groupe régional.

Albert Schlosser fut le représentant à l’Office du Tarif. L’Office du Tarif était une instance de pouvoir créé en 1920 et composée de 5 patrons et de 5 compagnons. Son rôle était de contrôler l’application des conventions collectives, le Tarif, les conventions collectives dans le secteur graphique. Il ordonnait les mesures nécessaires à la reconnaissance et à l’exécution du Tarif. A sa tête se trouvait un jurisconsulte qui jugeait en définitive en dernière instance les conflits du Tarif.
Enfin, Albert Schlosser occupa également des responsabilités au niveau interprofessionnel. Il fut membre de la commission exécutive de l’Union locale de Strasbourg et de l’Union Départementale du Bas-Rhin de la CGT.

Pour l’ensemble de ses activités et de ses engagements, Albert Schlosser fut promu chevalier du Mérite Social en 1947. Albert Schlosser mourut le 20 janvier 1958.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article144367, notice SCHLOSSER Albert (fils) par Patrick Auzende, version mise en ligne le 24 janvier 2013, dernière modification le 24 janvier 2013.

Par Patrick Auzende

SOURCES : Le Travailleur du Livre, n° 2, p. 7, juillet 1958.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément