LUDWIG Frédéric (fils)

Par Patrick Auzende

Né en 1893, mort le 28 juin 1973 ; typographe alsacien ; syndicaliste CGT du Livre, membre-fondateur de la section des apprentis du Syndicat Typographique de Strasbourg en 1922, délégué strasbourgeois aux Congrès régionaux d’Alsace-Lorraine de 1924, de 1926 et de 1937, secrétaire du Groupe Régional Alsace-Lorraine de 1926 à 1934 ; président du club des linotypistes.

Frédéric Ludwig naquit en 1893 dans une famille protestante. Son père Frédéric Ludwig, né en 1862 à Ribauvillé dans le Haut-Rhin fut également une grande figure du syndicalisme et de la mutualité du livre de l’entre-deux guerres. Frédéric Ludwig père, typographe à l’imprimerie Dusch à Strasbourg dans le Bas-Rhin, fut le président de 1921 à 1933 de La caisse des veuves et des invalides des Typographes d’Alsace Lorraine. En Alsace, le monde du livre est caractérisé très tôt par l’existence de nombreuses caisses mutuelles de solidarité (Société Typographique de Strasbourg en faveur des malades et des invalides fondée en 1783 ; caisse des veuves et des invalides des typographes d’Alsace-Lorraine fondée en 1835 ; mutuelle des travailleurs du livre de Strasbourg fondée en 1910). Ces sociétés de secours sont des caisses d’entraide mais également des lieux de défense collective et d’affirmation d’une appartenance à une profession. Le mutualisme a contribué à la naissance du syndicalisme typographique le 18 septembre 1871. Frédéric Ludwig père fut également l’un des fondateurs en 1902 de la Société Coopérative de Consommation (Coop).

Quant à Frédéric Ludwig fils, il choisit également sur le plan professionnel les métiers du livre. Frédéric Ludwig fit son apprentissage de typographe à l’Imprimerie Populaire Strasbourgeoise, maison publiant La Presse Libre (Die Freie Presse, journal de la Section Française de l’Internationale Ouvrière dirigée par Jacques Peirotes, Georges Weill et Eugène Imbs). Puis une fois son brevet de compagnon obtenu, il exerça jusqu’en 1939 les spécialités de metteur puis de linotypiste toujours à l’Imprimerie Populaire Strasbourgeoise. En 1945, Frédéric Ludwig fut employé en qualité de correcteur à l’imprimerie régionale.

Frédéric Ludwig adhéra le 2 avril 1911 au Syndicat Typographique de Strasbourg. Cette organisation syndicale fondée le 18 septembre 1871 est reconnue depuis le 1er juillet 1919 comme la 175e section de la Fédération Française des Travailleurs du Livre CGT. Frédéric Ludwig participa activement à la vie démocratique du syndicat. Frédéric Ludwig fut l’un des fondateurs de la section des apprentis de Strasbourg le 1er avril 1922 avec Georges Meyer, le président (voir ce nom) et de Frédéric Zacharias (voir ce nom). En 1922, année de scission de la CGT et de la création de la CGTU, le Syndicat Typographique de Strasbourg décida de créer une section des apprentis. Inscrite dans les conventions collectives, le "Tarif" en 1925, la section des apprentis, distincte mais dépendante de la section adulte fut le cadre de formation professionnelle, intellectuelle et politique des jeunes typographes.

Frédéric Ludwig fut délégué strasbourgeois aux congrès régionaux Alsace-Lorraine de 1924, 1926 et 1937. Mais Frédéric Ludwig fut surtout un homme d’appareil en étant le secrétaire du Groupe régional Alsace-Lorraine de 1926 à 1934. Son mandat fut principalement marqué par les négociations financières entre 1930 et 1932 qui allaient aboutir à l’acquisition de l’immeuble du 16 boulevard de la Victoire à Strasbourg.

Enfin Frédéric Ludwig fut l’un des présidents du club des linotypistes. Les clubs professionnels chez les typographes ont un rôle bien particulier. Ils structurent dans un esprit corporatiste un métier hautement qualifié lié à la mécanisation autour des conditions de travail, des normes d’apprentissage et de la transmission des nouvelles techniques. En Alsace, le monde du Livre est caractérisé au début du 20e siècle par l’existence de nombreux clubs professionnels. le club des compositeurs à la machine (maschinensetzer Club) fondé en 1908 ; le club des imprimeurs (Maschinenmeister Club) fondé en 1904 ; l’association des opérateurs linotypistes fondée en 1909.

Marié, Frédéric Ludwig mort le 28 juin 1973.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article144415, notice LUDWIG Frédéric (fils) par Patrick Auzende, version mise en ligne le 25 janvier 2013, dernière modification le 28 janvier 2018.

Par Patrick Auzende

SOURCES : Le Travailleur du Livre, n° 8-9, p. 2, août-septembre 1973 - Charles Pfister, 100e anniversaire de la création du Syndicats des typographes de Strasbourg, 1871-1971, Strasbourg, Archives du Centre Régional Alsace de l’Institut C.G.T. d’histoire sociale, 1971, 31 p., p.14.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément