BRUDARZ Chaim

Par Daniel Grason

Né le 14 avril 1896 à Varsovie (Pologne), fusillé comme otage le 14 mai 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; marchand ambulant.

Fils de Szmul et de Sura, née Waligoria, Chaim Brudarz épousa sa compatriote Marja, née Lotersztain. Ils habitaient depuis treize ans, 27 rue des Couronnes à Paris (XXe arr.). Il était arrivé en France en 1928 et obtint sa carte d’identité au titre de marchand ambulant, valable jusqu’au 31 octobre 1942. Quand le gouvernement de Vichy, promulgua le statut des Juifs le 3 octobre 1940, puis le 2 juin 1941, Chaim Brudarz ne pouvait plus travailler. L’article 4, indiquait : « Les Juifs ne peuvent exercer une profession commerciale, industrielle ou artisanale, ou une profession libre ». Pour vivre, il n’eut comme autre choix que d’enfreindre la loi qui visait principalement les Juifs.
L’activité de la SSR, devenue en octobre 1941, la 3e section des Renseignements généraux, ne visait pas seulement celles et ceux qui se livraient à une activité politique, mais aussi ceux qui étaient contraints d’enfreindre le statut des Juifs. Un rapport d’un inspecteur des Renseignements généraux de janvier 1942 signalait Chaim Brudarz comme « se livrant à une activité clandestine, mais ne faisant pas de politique ». Une visite domiciliaire fut infructueuse. Le 16 octobre 1942, nouvelle perquisition, un stock d’articles de bonneterie fut découvert et saisit.
Louis Sadosky conclut dans une note : « Activité commerciale interdite, considéré comme un élément trouble au bon moral de la Nation. » Il fut envoyé au camp de Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis) réservé aux Juifs le lendemain. Le 13 mai 1942, les Allemands vinrent chercher Chaim Brudarz, il fut passé par les armes le 14 au Mont-Valérien, et inhumé au cimetière de Nanterre (Seine, Hauts-de-Seine). Sa femme Marja fut internée à Drancy en juillet 1942 ; le 29 du même mois elle était dans le convoi no 12 à destination d’Auschwitz où elle mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article144791, notice BRUDARZ Chaim par Daniel Grason, version mise en ligne le 7 février 2013, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo, KB 95, 77W 185. – DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Louis Sadosky, brigadier-chef des RG, Berlin 1942, CNRS Éd., 2009. – Serge Klarsfeld, Léon Tsévéry, Les 1 007 fusillés du Mont-Valérien parmi lesquels 174 juifs, Éd. FFDJF, 1995. – Dominique Rémy, Les lois de Vichy, Romillat, 1992. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément