MILHAU Lucien, Pierre, Émile

Par Jacques Girault, Gilles Morin

Né le 25 décembre 1901 à Carcassonne (Aude), mort le 20 janvier 1969 à Carcassonne ; instituteur puis secrétaire général du conseil général de l’Aude ; résistant ; vice-président du CDL de l’Aude ; militant syndicaliste ; militant socialiste, secrétaire de la fédération socialiste (1945-1962) ; conseiller municipal de Peyrac-Minervois puis député (1962-1968) de l’Aude.

Lucien Milhau
Lucien Milhau
Député de l’Aude

Fils de François Milhau, instituteur, et de Bernardine Maignant, Lucien Milhau fut élève de l’École normale d’ instituteurs de Carcassonne. Titulaire du brevet supérieur, il fut nommé instituteur à Villardonnel où il exerça de 1923 à 1945 après son service militaire dans l’infanterie comme maréchal des logis. Il se maria, à Villardonnel, le 11 avril 1925 avec Honorine Courtans, née le 1er octobre 1897 à Corté (Corse), sans profession, avec laquelle il eut une fille.

Membre du Syndicat national (CGT) puis du Syndicat national des instituteurs, Lucien Milhau fit partie du conseil syndical à partir de 1934-1935 et du bureau, et était président de la commission corporative à partir de 1936, très proche du secrétaire général René Azalbert. Pourtant, en octobre 1938, il se présenta sur une liste différente pour l’élection du bureau aux côtés notamment de Joseph Cerny, hostile à la position de la direction nationale du SNI dans la lutte contre la guerre.

Membre du Parti socialiste SFIO, dès l’avant-guerre, Lucien Milhau fut l’un des artisans de la reconstitution clandestine du Parti socialiste clandestin et remplaça Georges Guille à sa tête lorsque ce dernier, instituteur également, fut expulsé du département et muté dans le Gard, au début de 1941. Son opposition au régime de Vichy attira vite l’attention de l’autorité académique et une mesure de détachement d’office à Peyriac-Minervois fut prise à son encontre le 25 novembre 1940. Président départemental du Mouvement de Libération nationale (MLN) clandestin, il siégea dans le Comité départemental de Libération dont il fut vice-président. Lucien Milhau était titulaire de la médaille de la Résistance au titre de cette action clandestine.

Membre de la section départementale du SNI et secrétaire adjoint de la fédération socialiste dirigée par Georges Guille après la Libération, il fut candidat sans succès en septembre 1945 dans le canton de Peyrac-Minervois, battu par Gout, député-maire de Carcassonne. Il n’en assuma pas moins, après l’élection de Guille à la députation en octobre 1945, une fonction centrale dans l’équilibre politique du département, en cumulant désormais deux fonctions, celle de secrétaire fédéral de la SFIO abandonnée par Guille, rédacteur à ce titre de l’hebdomadaire départemental du parti, La République sociale, et celle de secrétaire général du Conseil Général. La SFIO venait de gagner en effet l’Assemblée départementale, contrôlée avant la guerre par les radicaux, et asseyait désormais son pouvoir sur celle-ci et sur un réseau de maires membres du parti ou clients du conseil général. Il conserva ces deux fonctions jusqu’en 1962. En 1958, une fiche de police indiquait : “ Il a une influence très grande dans les milieux socialistes qui dépasse même le cadre politique de ses fonctions au conseil général ”.

Responsable d’une fédération socialiste moyenne qui appartenait à la majorité molletiste - il fut ainsi favorable à la Communauté européenne de défense et à la constitution de la cinquième République -, Lucien Milhau était régulièrement délégué fédéral aux congrès et aux conseils nationaux de la SFIO et occupa des fonctions techniques ou politiques à ce titre. Il fut ainsi membre de la commission sur les indisciplines parlementaires au conseil national de septembre 1957, présida une séance du Conseil national de décembre 1957 et appartint à la commission chargée d’étudier les problèmes de politique économique et sociale au conseil national des 3 et 4 mai 1958. Lorsque Georges Guille fut appelé au gouvernement par Guy Mollet en février 1957, il entra dans son cabinet, comme chargé de mission, tout d’abord au secrétariat d’État à la recherche scientifique et à l’énergie atomique puis au secrétariat d’État à la présidence du Conseil, chargé des relations avec les Assemblées et de l’énergie atomique.

Élu conseiller municipal de Peyrac-Minervois en 1947-1959, Lucien Milhau fut présent sur les listes socialistes aux élections législatives de 1951 et 1956 en position non éligible. En 1951, les socialistes avaient conclu un apparentement avec le RGR et le MRP, qui permit l’élection de deux socialistes, Guille et Vals*, Milhau étant placé en troisième position sur la liste socialiste. Il obtenait 37 645 voix, la moyenne de liste étant de 38 095 (soit 30,4 % des exprimés). Après le rétablissement du scrutin d’arrondissement, il fut candidat en 1958 dans la troisième circonscription de l’Aude (Limoux-Castelnaudary). Arrivé en tête avec 13 115 suffrages au premier tour, il fut devancé de 1 550 suffrages au second par le radical Clamens (17 271 contre 18 821), dans une triangulaire avec le communiste Reissier (4 936 voix). L’année suivante, en mars 1959, il ne se représenta pas aux élections municipales pour “ convenances personnelles ”.

Avec le retour au scrutin d’arrondissement, Lucien Milhau, candidat socialiste SFIO dans la troisième circonscription (Limoux, Castelnaudary) put l’emporter en 1962. Il obtint 14 426 voix sur 53 485 inscrits et fut élu, après le désistement du candidat communiste, avec 20 949 voix. Il abandonna ses fonctions partisanes, le secrétariat fédéral, et son poste au Conseil général pour se consacrer à sa circonscription. Il appartint à la commission de la production et des échanges. Il fut réélu dans les mêmes conditions en 1967 (18 213 voix, puis 25 999 voix sur 53 134 inscrits), au titre de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste. En 1968, après avoir obtenu 14 451 voix sur 52 451 inscrits, il fut battu de justesse avec 21 630 voix après le désistement communiste, au deuxième tour, par le candidat UDR J.-P. Cassabel qui le devança de 250 voix. 


Son nom fut donné à l’école de Peyriac-Minervois.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145070, notice MILHAU Lucien, Pierre, Émile par Jacques Girault, Gilles Morin, version mise en ligne le 21 février 2013, dernière modification le 23 avril 2021.

Par Jacques Girault, Gilles Morin

Lucien Milhau
Lucien Milhau
Député de l’Aude

SOURCES : Arch. Nat., F7/15339A, n° 2199. — Rapports des congrès de la SFIO, 1944-1967. — Archives de l’OURS, dossiers Aude. — Archives D. Mayer, 3 MA 28. — Journal officiel, 10 et 18 février 1956. — P. Avril, Le Personnel politique français, 1870-1988, PUF, 1989. — Assemblée nationale, Notices et portraits, 1967. — Profession de foi aux élections législatives de 1958. — Site Internet de l’Assemblée nationale. — Presse syndicale. — Notes d’André Ouliac et R. Debant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément