MINC André, Norbert

Par Michèle Rault

Né le 3 février 1935 à Paris (XVIIIe arr.), mort le 20 janvier 1999 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) ; instituteur ; militant communiste ; adjoint au maire d’Ivry-sur-Seine.

André Minc vécut son enfance dans le XVIIIe arrondissement où ses parents s’étaient mariés en 1929 et avaient eu une première fille, née en 1933. Appartenant à une famille modeste, il était, sous le parrainage de l’acteur Albert Préjean, « poulbot de Montmartre » ce qui lui valait de manger gratuitement le jeudi dans les restaurants de la butte Montmartre. Sa mère, Marie Jevselmann, née en 1910 à Paris (XVIIIe arr.) de parents russes, était couturière. Son père, Josek Minc, était né à Wolborz en Pologne en 1898 et exerçait la profession de tailleur. Communiste, il rejoignit la Résistance pendant l’occupation allemande et fut arrêté le 6 juin 1944 au Pontet près d’Avignon (Vaucluse). Il fut interné à Drancy puis déporté par le convoi 76 du 30 juin 1944 à Auschwitz. Selon les sources, il serait mort peu de jours après son arrivée dans le camp d’Auschwitz ou lors de la « longue marche de la mort » alors qu’il arrivait au camp de Ravensbrück. Grâce à l’une de ses tantes maternelles, André Minc fut caché avec d’autres enfants de la famille au Theil-sur-Huisne (Sarthe). Il en conçut une grande reconnaissance pour la famille qui l’accueillit et l’instituteur qui le cacha dans la cave de l’école chaque fois que cela était nécessaire.

De retour à Paris, il poursuivit sa scolarité au collège Lavoisier de Paris (Ve arr.). À l’âge de onze ans, il adhéra à un groupe de Vaillants et commença à militer. En 1950, il adhéra au Parti communiste français par fidélité à la mémoire de son père puis, en 1952, à l’Union de la jeunesse républicaine de France au retour du festival mondial de la jeunesse de Berlin de 1951. Il devint membre du comité de la fédération de l’UJRF en 1954-1955 et du comité d’une des sections communistes du Ve arrondissement. Il fut arrêté en octobre 1955 pour avoir distribué de tracts en faveur de la paix en Algérie.

En 1954, il commença à travailler à la Poste comme adjoint administratif tout en poursuivant ses études ce qui lui permit d’obtenir le baccalauréat en 1956. Il concrétisa sa passion d’enseigner et devint instituteur en 1956 dans le département de la Seine. Il adhéra au Syndicat national des instituteurs et fut retenu pour le stage destiné aux instituteurs communistes organisé par le PCF en 1958. Malade, il dut y renoncer et suivit le stage de 1959.

En septembre 1961, il fit son service militaire comme infirmier à Versailles et à Vincennes et termina, en mars 1963, avec le grade de caporal. Il fut alors affecté à l’école de garçons Joliot-Curie d’Ivry où il exerça jusqu’en 1963 puis à l’école des garçons du Petit-Ivry jusqu’en 1971. À cette date, il devint conseiller pédagogique pour l’arrondissement d’Arcueil, Cachan, Choisy. Lorsqu’il prit sa retraite en 1990, il était inspecteur maitre-formateur.

André Minc fut secrétaire de la cellule communiste Pierre Courtade au milieu des années 1960. Il fut élu conseiller municipal sur la liste de Jacques Laloë en 1971 puis, permanent du PCF depuis 1975, fut désigné adjoint au maire après les élections municipales de 1977. Il suivit l’école centrale d’un mois du PCF en août 1978. Il fut réélu adjoint au maire en 1983, 1989, 1995 et 1998. Pendant ces différents mandats, il fut en charge des affaires culturelles, de l’enseignement et de la communication. Autodidacte, passionné par la lecture et le spectacle vivant, il suivit la construction de la médiathèque et du théâtre des quartiers d’Ivry.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145096, notice MINC André, Norbert par Michèle Rault, version mise en ligne le 21 février 2013, dernière modification le 21 février 2013.

Par Michèle Rault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Archives municipales d’Ivry-sur-Seine. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément