MIQUET Roger, Pierre, François

Par Jacques Girault

Né le 17 mars 1919 à Mouvaux (Nord), mort le 21 mars 1974 à Douai (Nord) ; instituteur dans le Nord ; militant syndicaliste ; militant communiste, conseiller municipal de Wasquehal, maire de Waziers.

Son grand-père épousa la nièce d’Henri Carrette, libre-penseur et dirigeant socialiste du Nord, décédé en 1911. Roger Miquet, fils d’un employé de mairie, entra à l’École normale d’instituteurs de Douai en 1936. Titulaire du brevet supérieur, il effectua son service militaire du 28 novembre 1939 au 20 septembre 1942, dans l’artillerie (DCA) à Aix-en-Provence et à Marseille (Bouches-du-Rhône) comme soldat de deuxième classe. Protestant, ami d’un objecteur de conscience protestant, il appartenait à une unité, où figurait André Diligent, futur député maire MRP de Roubaix, avec qui il entretint constamment des relations amicales qu’il signalait dans le questionnaire biographique rempli pour le Parti communiste français en 1961. Il participa avec ce dernier à un congrès protestant en Allemagne en 1950.
Il se maria en octobre 1942 à Lille (Nord) au temple protestant avec Jeanne Wollaert, institutrice puis directrice d’école. Elle était petite-fille d’immigrés flamands (père, charron puis gardien de square, mère, ouvrière d’usine textile, puis couturière à domicile). Pendant la guerre, elle aida la Résistance. Le couple eut trois filles qui reçurent une éducation protestante, puis divorça en 1959. Nommé instituteur à Wasquehal, Roger Miquet vint enseigner et habiter à Waziers en 1957 à la demande du PCF. Il se remaria en juillet 1960 à Guesnain (Nord) avec Gisèle Bécourt, institutrice communiste, qui fut élue conseillère municipale de Waziers.
Roger Miquet adhéra à l’ENI au Syndicat national des instituteurs en 1938. Il participa aux actions clandestines des enseignants dans les années 1943-1944 qui étaient organisées dans le département. A la Libération, il fit partie du conseil syndical (SNI) de la section cantonale de Roubaix entre 1951 et 1954.
Roger Miquet, membre des Jeunesses socialistes SFIO depuis 1936 à l’école normale, y milita jusqu’à la guerre. Pendant l’Occupation, à partir de 1944, il participa aux actions du Front patriotique de la jeunesse aux côtes des jeunes communistes. Il adhéra au PCF à Marcq-en-Barœul en 1945 et devint secrétaire de cellule puis secrétaire de la section communiste. Membre du secrétariat de l’Union départementale CGT au titre de la FEN-CGT en 1948-1949, il fut pendant quatre mois le secrétaire du comité d’entreprise des Houillères nationales. Pendant cette période, il dirigea cinq écoles syndicales dans le cadre de l’Union départementale CGT. De 1950 à 1959, il fut le secrétaire départemental du Mouvement de la Paix. Il avait envisagé de devenir pasteur. Son attitude s’inspira des valeurs sociales du protestantisme et de son expérience de directeur de colonies de vacances de Stains (Seine, Seine-Saint-Denis), municipalité communiste.
Dans la Fédération communiste du Nord, Roger Miquet fut membre du comité fédéral de 1961 à 1971.
Roger Miquet fut élu conseiller municipal de Wasquehal où il résidait en 1953. En 1955, il démissionna du conseil puisqu’il habitait Waziers. Militant dans cette ville communiste, membre du secrétariat de la section communiste, élu au conseil municipal en 1959, il devint maire à temps plein de Waziers. Réélu en 1959, en 1965, en 1971, il démissionna pour raisons de santé en 1974 tout en restant au conseil municipal. A partir de 1964, il fit partie du bureau de l’association départementale des élus communistes et républicains. En 1967, il devint membre de la Commission de développement économique régional (CODER).
Roger Miquet fut le suppléant d’Henri Martel, élu, au deuxième tour, député communiste en 1962 dans la 14eme circonscription (Douai Nord et Est). Il le fut à nouveau en 1967 et en 1968.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145104, notice MIQUET Roger, Pierre, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 février 2013, dernière modification le 2 juin 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Sources orales. — Renseignements fournis par la fille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément