LOW Adolphe

Par Raymond Olff, Léon Strauss

Né le 21 juillet 1915 à Cottbus (Allemagne), mort le 11 novembre 2012 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; communiste réfugié d’Allemagne en 1933 ; militant de la Jeunesse communiste d’Allemagne, puis du Parti communiste français, combattant des Brigades internationales en Espagne de 1936 à 1938, interné, combattant FTP dans la Creuse en 1943-1944 ; militant de l’ANACR à Strasbourg.

Photo non datée de brigadistes allemands du bataillon Edgar André : le militaire debout est Adolphe Low (Référence : The Volunteer,2 décembre 2012 publié par ALBA (Abraham Lincoln Brigade Archives ) qui donne pour référence : Adolphe Low (standing) with fellow members of the Edgar André Battalion during the Spanish Civil War. Photo by Adolphe Low. Wikimedia, CC-BY-3.0.

Adolf Löw était le plus jeune fils d’une famille de six enfants, qui déménagea à Berlin peu après sa naissance. Il entra très jeune dans une organisation de jeunesse juive allemande d’extrême gauche et adhéra au Kommunistische Jugendverband Deutschlands (Union de la Jeunesse Communiste d’Allemagne). En 1931, il fut arrêté une première fois pour avoir pris part à une assemblée illégale de communistes juifs polonais. À la suite d’une perquisition opérée au domicile de ses parents, il fut averti qu’il était recherché par la police. Il se décida alors à fuir l’Allemagne et se réfugia d’abord à Strasbourg dans le quartier de Neudorf. Menacé de refoulement, il utilisa ses dernières ressources pour rejoindre Paris, où, après avoir couché sous les ponts, il fut hébergé dans un asile de nuit juif. Plusieurs fois appréhendé par la police et interdit de séjour, il revint chaque fois à Paris où il put travailler dans une cantine juive.

Impressionné par le discours de Dolores Ibarruri au Vélodrome d’Hiver le 8 septembre 1936, Low décida de s’engager dans les Brigades internationales. En octobre, il s’embarqua à Marseille pour Alicante : il fut affecté comme fantassin à la 1ère compagnie du Bataillon Edgar André (35e Brigade). Son premier commandant de compagnie était Heinz Hoffmann, futur ministre de la Défense de la RDA. Durant deux ans, il combattit sans arrêt, notamment à Jarama, Belchite, Terruel et Guadalajara. Lors de la dissolution des Brigades, il échappa à l’internement en France grâce à sa bonne connaissance de la langue française, qui lui permit de passer pour français et de rentrer à Paris. En 1939, il fut interné au camp des Milles (Bouches-du-Rhône) avant de s’engager dans la Légion étrangère et d’être incorporé en Algérie. Démobilisé après la défaite, il revint en métropole, fut interné au camp de Rivesaltes (Pyrénées Orientales) d’où il s’évada. Réfugié à Guéret (Creuse), poursuivi par la police, il fut l’un des premiers maquisards FTP en 1943. Promu lieutenant, il prit part à la première libération -prématurée - de Guéret, le 7 juin 1944. Après la Libération définitive de la Creuse, il combattit sur le front de l’Atlantique avant d’être démobilisé en Algérie. Naturalisé français le 2 décembre 1945, il vécut à Strasbourg, où il milita à l’ANACR. Il était devenu représentant de commerce. Il fut membre du Parti communiste. Ses parents et une de ses sœurs sont morts à Auschwitz. En 1996, comme tous les survivants de la Guerre d’Espagne, il reçut la nationalité espagnole. En 2005, il fut fait chevalier de la Légion d’Honneur. Il était marié et le couple a eu deux enfants. Il était le dernier vétéran allemand des Brigades internationales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145126, notice LOW Adolphe par Raymond Olff, Léon Strauss, version mise en ligne le 22 février 2013, dernière modification le 16 septembre 2019.

Par Raymond Olff, Léon Strauss

Photo non datée de brigadistes allemands du bataillon Edgar André : le militaire debout est Adolphe Low (Référence : The Volunteer,2 décembre 2012 publié par ALBA (Abraham Lincoln Brigade Archives ) qui donne pour référence : Adolphe Low (standing) with fellow members of the Edgar André Battalion during the Spanish Civil War. Photo by Adolphe Low. Wikimedia, CC-BY-3.0.
RGASPI

SOURCES : Gegen Hitler. "Deutsche in der Résistance", in der Streitkräften der Antihitlerkoalition und der Bewegung « Freies Deutschland ». Kurzbiografien, Berlin, 2005 - de.wikipedia.org/wiki/adolphe-Low – http://la-feuille-de-chou, 12 novembre 2012 – http://albavolunteer.org/éà&é/12/adolphe-low -http://oscarespagne.wordpress.com:2006/05/08/resistance-en-creuse.
— Arch. RGASPI 545.6.1039 liste des Brigadistes français en Espagne républicaine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément