ERGMANN Henry

Par René Fugler, Léon Strauss

Né le 8 mars 1889 à Mulhouse (Haute-Alsace, Alsace-Lorraine annexée), mort le 22 novembre 1963 à Mulhouse (Haut-Rhin) ; employé de commerce, puis décorateur—installateur ; militant socialiste SFIO dans le Haut-Rhin ; conseiller municipal de Mulhouse de 1925 à 1940 et de 1945 à 1963, adjoint au maire de Mulhouse de 1937 à 1940, de 1945 à 1947 et de 1953 à 1963, président - fondateur du Syndicat intercommunal du Centre dramatique de l’Est en 1946.

Henry Ergmann était le fils de Max Jean François Ergmann, employé de commerce, et de Madeleine Flick. D’abord employé comme son père, il devint décorateur-installateur. Militant syndicaliste et social-démocrate avant 1914, il participa après le retour à la France en 1918 à la fondation d’une Fédération CGT des Employés d’Alsace et de Lorraine. Membre dès 1919 du comité fédéral SFIO du Haut-Rhin, il fut élu conseiller municipal en 1925 lors de la victoire de la liste socialiste et radicale dirigée par Auguste Wicky*. Réélu en 1929 et en 1935, il devint adjoint au maire chargé des Beaux-Arts le 25 mars 1937 à la suite de la démission de Paul Risch*. Réfugié à Marseille durant l’annexion nazie de l’Alsace de 1940 à 1944, il reprit ses fonctions d’adjoint aux Beaux-Arts dans le conseil municipal nommé par le préfet le 18 janvier 1945. Reconduit après les élections municipales de septembre 1945 , il n’était plus que conseiller d’opposition après la victoire de la coalition RPF-MRP aux municipales de 1947 et celle du RPF seul après la dissolution et les nouvelles élections en novembre 1948. Réélu en 1953, il fut à nouveau adjoint chargé des affaires culturelles et des sports sous Jean Wagner*, puis Émile Muller* jusqu’à son décès.
En mai 1945, il tenta vainement de convaincre le ministre de l’Information, Henri Teitgen de créer un émetteur de radio à Mulhouse pour développer la connaissance de la langue française. En juillet 1945, au cours d’une visite à la direction générale des Arts et Lettres à Paris, il exprima son indignation de la carence gouvernementale dans le domaine du théâtre et de la musique en province, en l’opposant à l’effort dispendieux mené par les Allemands en Alsace et en Moselle de 1870 à 1918 et de 1940 à 1944. Jeanne Laurent, sous-directrice des spectacles et de la musique lui conseilla de renouveler sa démarche auprès du préfet du Haut-Rhin, ce qui déclencha le processus qui aboutit à la création le 27 décembre 1946 du syndicat intercommunal dit « Centre dramatique de l’Est » (devenu en 1968-1972 Théâtre National de Strasbourg), avec l’appui financier de l’État. Ainsi, Henry Ergmann, premier président du CDE, fut l’un des initiateurs de la première expérience de la politique de décentralisation théâtrale amorcée par la Quatrième République. Dans sa ville, il a créé en octobre 1945 l’orchestre symphonique de Mulhouse, l’ensemble lyrique du Théâtre municipal l’année suivante, puis l’Office municipal des arts populaires(1953) et celui des sports (1958). Il a fondé l’École supérieure des décorateurs-étalagistes. Ce fut aussi un grand constructeur qui a incité à la réalisation de tout un ensemble d’équipements sportifs et de loisirs. Il a été président de la Réunion des théâtres lyriques municipaux de France, de la Fédération nationale des Offices municipaux des sports, fondateur de la Fédération française dess centres culturels communaux.
Henry Ergmann est mort le jour de l’assassinat de J.F.Kennedy, ce qui explique la faible place qui lui fut consacrée par la presse régionale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145364, notice ERGMANN Henry par René Fugler, Léon Strauss, version mise en ligne le 11 avril 2013, dernière modification le 11 avril 2013.

Par René Fugler, Léon Strauss

SOURCES : L’Alsace, Mulhouse, 23 et 26 novembre 1963. — Dernières Nouvelles d’Alsace, édition de Mulhouse , 23 et 26 novembre 1963. — Bulletin du Musée historique de Mulhouse, 1964, p.5-8. — Raymond Oberlé, Maires, adjoints et conseillers de la ville de Mulhouse 1798-1971, s.l. (Mulhouse), s.d. (1971). — Denis Gontard, La décentralisation théâtrale en France, Paris, 1973. — Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, fascicule n° 9, Strasbourg, 1986, p. 837.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément