NORDMANN Paule [née DAZIN Paule, Angèle, Eugénie]

Par Julien Cahon, Jacques Girault

Née le 11 novembre 1914 à Roisel (Somme), morte le 14 août 2001 à Sanilhac (Ardèche) ; professeure agrégée d’anglais, inspectrice générale ; résistante ; militante communiste, membre du bureau fédéral de la Somme (1944-1946), candidate aux élections législatives de juin 1946 et novembre 1946.

Fille de Paul Dazin, instituteur picard, militant communiste, Paule Dazin commença ses études au collège de Péronne puis obtint brillamment son baccalauréat au lycée d’Amiens (Somme). Elle poursuivit son cursus à la faculté des lettres de Lille (Nord) et obtint la licence d’anglais en 1934.

Elle se maria à Amiens le 18 décembre 1937 avec Philippe, James Nordmann, né le 3 décembre 1914 à Paris (VIIIe arr.), agrégé de grammaire, professeur au lycée Faidherbe à Lille. Ils eurent trois enfants : Anne, Lucien et Françoise.

Membre du Parti communiste français en 1936, Paule Nordmann milita à Béthune, puis à Lille, notamment à la maison de la culture « Amis de la Commune » et au comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme, dont elle fut secrétaire en 1938-1939. Elle participa également aux activités récréatives de l‘équipe « L’Aventure » animée dans la région par de jeunes enseignants de gauche autour d’Alfred et Suzanne Dubois.

Après la dissolution du Parti communiste en septembre 1939, elle travailla clandestinement pour le parti sous la direction de Jeanne Tétard et Martha Desrumeaux. Limogée de l’enseignement pour son appartenance politique en avril 1940, elle poursuivait sa lutte clandestine à Rennes (Ille-et-Vilaine) où son mari avait été nommé en 1943, et elle travailla au rassemblement des femmes quand vint la Libération. Dans cette lutte, Paule Nordmann perdit son mari, arrêté le 25 mai 1944 à Rennes par la Milice, déporté « nuit et brouillard » le 28 juillet 1944 à Neuengamme (matricule 39520) puis à Bergen-Belsen où il mourut du typhus le 1er mai 1945, 15 jours après la libération du camp par les Anglais. La cellule communiste du lycée Faidherbe à Lille portait son nom.

De retour en Picardie après-guerre, elle adhéra à la fédération de la Somme du PCF et fut candidate aux élections aux assemblées nationales constituantes du 2 juin 1946 et novembre 1946.

Reçue première à l’agrégation d’anglais en août 1946 (classement spécial), elle fut nommée à Lille. Elle devint en 1959 professeure au lycée Lakanal à Sceaux en classe préparatoire, tout en effectuant un enseignement pour la préparation de l’agrégation d’anglais à Lille puis à Paris. Par la suite inspectrice pédagogique régionale, après avoir été barrée politiquement, elle devint inspectrice générale.

Habitant Gentilly, elle fit partie du collectif départemental qui appelait en mars 1992 à voter pour les candidats communistes aux élections cantonales.

Belle-sœur de Francis Cohen, par sa belle-sœur Marie-Elisa Nordmann, Paule Nordmann fut responsable des traductions dans les colloques internationaux du Centre d’études et de recherches marxistes (CERM) et de l’Institut Maurice Thorez (IMT).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145518, notice NORDMANN Paule [née DAZIN Paule, Angèle, Eugénie] par Julien Cahon, Jacques Girault, version mise en ligne le 11 avril 2013, dernière modification le 10 janvier 2022.

Par Julien Cahon, Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 21W26 — Le Travailleur de la Somme, 1946 — Sources orales (F. Cohen, A. et S. Dubois). — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément