OFFENBURGER Georges

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 2 septembre 1905 à Barr (Basse Alsace annexée), mort en juillet 1978 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; tailleur à Strasbourg ; communiste depuis 1935, syndicaliste CGT ; fondateur de la société de musique ouvrière Schalmei.

Georges Offenburger fut orphelin très jeune. Il fit ses études primaires jusqu’au certificat. Il ne fit pas d’apprentissage et se plaça successivement comme maçon puis cordonnier. Il fit son service militaire en Syrie. Il adhéra au parti communiste en 1935.

En septembre 1939, il fut évacué, avec sa femme et son enfant, à Périgueux (Dordogne). Il ne rentra pas à Strasbourg annexée et nazifiée avec eux en 1940 mais se réfugia en Suisse jusqu’en 1941. En 1941, il se fit embaucher à l’usine de guerre Junkers, anciennement usine d’automobiles Mathis, à Strasbourg. Il y resta jusqu’au bombardement de l’usine par les Américains. Après la guerre il devint tailleur au magasin Saint-Rémy, dans le centre de Strasbourg. Il adhéra à la CGT du textile.

Gérard Offenburger fut surtout connu pour avoir fondé la Société de musique Schalmei, formation populaire composée uniquement de fifres et chalumeaux, liée à une tradition folklorique très ancienne, ravivée par l’idéologie social-démocrate allemande. Elle se trouvait traditionnellement en tête des cortèges strasbourgeois du 1er mai, jusqu’aux années 1980 et donnait des représentations à diverses manifestations populaires.

Sa femme, épousée en 1935, Lina Offenburger*, née Heuchel , ouvrière, fut militante de l’UFF. Le couple eut trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145683, notice OFFENBURGER Georges par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 19 mars 2013, dernière modification le 19 mars 2013.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCE : Entretien du 9 septembre 1999 avec son fils Alfred.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément