DANGEL Pierre, René

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 23 avril 1931 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; ouvrier du gaz de Strasbourg puis employé de la radio en RDA ; syndicaliste CGT, membre du parti communiste, secrétaire de la section CGT du Gaz de Strasbourg, membre du comité fédéral du Parti communiste du Bas-Rhin de 1956 à 1959, secrétaire départemental du Bas-Rhin de l’Union des Arts populaires.

Pierre Dangel était le fils d’Émile Dangel et de Marguerite Knopf. En 1947, il entra au Gaz de Strasbourg, entreprise non nationalisée restée aux mains de la Ville de Strasbourg. Il devint installateur. Il se syndiqua à la CGT et fut formé par Albert Lichtlé*, responsable CGT du Gaz avant guerre et secrétaire permanent de l’Union des services publics et des transports jusqu’en 1953. La section syndicale ne connut pas de scission au moment de la création de FO. Le 3 février 1952, les ouvriers du Gaz de Strasbourg furent en mesure d’envoyer un autobus de 43 personnes au grand meeting de Nancy contre le réarmement allemand.

Pierre Dangel fut aussi le secrétaire départemental de l’Union des Arts Populaires, une organisation de 4000 adhérents qui proposait des activités musicales et théâtrales. Il s’occupait en particulier des chorales. A Schiltigheim, où il habitait, la société ouvrière de musique Liberté, créée en 1912, comptait encore une centaine de musiciens après la guerre. En 1952, l’Union des Arts populaires assura la participation de 12 personnes, sur un total de 600 participants du Bas-Rhin, au meeting de Nancy contre le réarmement allemand. Elle organisa en 1956 un festival international qui n’était pas sans rappeler la 1ère Olympiade de 1935 qui avait eu lieu à Strasbourg. Musique et chants populaires furent donnés par 45 fanfares, cliques, chorales et groupes folkloriques venus de 7 pays. Le mot d’ordre était : « L’entente et la paix, l’art au peuple par le peuple ».
Pierre Dangel adhéra jeune au parti communiste, en 1949. Il parlait et écrivait l’allemand et fut correspondant de l’Humanité d’Alsace-Lorraine (édition en langue allemande de l’Humanité), assurant bénévolement la page de critique culturelle et musicale. Il entra au comité fédéral du Bas-Rhin en 1956, comme ouvrier du gaz et représentant d’une organisation de masse. Il y fut réélu en 1957, mais ne fut plus reproposé en 1959, pour la raison qu’il n’avait pas accepté de faire partie de la liste municipale de Schiltigheim. Il avait été à plusieurs reprises en 1957 proposé à une école d’un mois mais ne put la suivre, n’ayant pas obtenu de congé de la part de son entreprise.

Il participa activement à la création des Échanges franco-allemands, sous la conduite de Roland Netter*, à partir de 1956. Plusieurs voyages furent organisés vers Dresde pour des groupes français. Pierre Dangel quitta la France à la fin de l’année 1959 pour s’installer à Prague (Tchécoslovaquie), où il avait obtenu un poste de traducteur à la radio nationale.

Il avait épousé à Schiltigheim, le 4 juillet 1953, Yvonne Schleef, membre du parti et militante. Il se remaria avec Pavla Cupakova, le 18 octobre 1969 à Ostraka-Yitkovice (Tchécoslovaquie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145692, notice DANGEL Pierre, René par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 20 mars 2013, dernière modification le 9 septembre 2013.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCES : Arch . Dép. Bas-Rhin, (544D41a). — Arch. Dép. Seine-Saint-Denis : 261 J/67. — Archives de la fédération du PCF du Bas-Rhin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément