MOGET Jean, Louis

Par Jacques Girault

Né le 15 octobre 1927 à Chambéry (Savoie) ; instituteur en Haute-Savoie ; militant syndicaliste du SNI ; militant communiste, maire de Meythet.

Ses parents appartenaient aux milieux actifs de la paroisse catholique. Fils d’un employé à la compagnie du chemin de fer, militant de la CFTC, Jean Moget entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Bonneville. Il accomplit son service militaire à Coblence (Allemagne) en 1949-1950 et le termina avec le grade de lieutenant.

Jean Moget, instituteur à Thônes, se maria en avril 1952 à Thônes avec Janine Durand, institutrice communiste, fille d’un facteur des PTT. Le couple eut un enfant et divorça.

Jean Moget avait participé au festival mondial de la Jeunesse à Prague. Il adhéra au Parti communiste français en 1954. Inscrit pour le stage organisé pour les instituteurs communistes par le PCF, en 1957, il le suivit du 24 août au 5 septembre 1959.

Membre du Syndicat national des instituteurs depuis 1947, Jean Moget, responsable syndical du canton de Thônes en 1952, entra au conseil syndical, puis au bureau, de la section départementale du SNI. Secrétaire adjoint de la section, il devint le secrétaire général en 1957 et le demeura jusqu’en 1977. Il prit part aux réunions des instances nationales du SNI. Il intervenait le plus souvent pour expliquer l’opposition de sa section au rapport moral. Par exemple, le 18 juillet 1957, à propos des événements de Hongrie, il affirmait qu’ils ne devaient pas être prétexte à des mises à l‘écart de militants car le « syndicat doit être la maison de tous ». Le 7 juillet 1959, défavorable au rapport moral, il proposa de constituer une commission d’unité pour élaborer une résolution commune.

Lors de la réunion du conseil national, le 31 mars 1958, il se prononça en faveur de la grève des examens et pour une motion sur l’Algérie. Avant le congrès de Brest, le 15 juillet 1958, il participa à la réunion pédagogique dont le thème était « L’enseignement des sciences à l’école primaire pour les 11 à 14 ans » et réclama des instructions précises. Pour le congrès, il fit partie de la commission des résolutions et fut assesseur de la séance consacrée aux « responsabilités de l’école et de l’université face aux problèmes que leur impose le devenir de la jeunesse ». Il cessa d’être secrétaire général en 1960. Il retrouva cette responsabilité en mai 1967.

Jean Moget, proposé pour entrer au comité de la fédération communiste en 1957, ne fut pas élu pat la conférence fédérale de 1957 car il y avait trop d’enseignants. Il fut élu en 1959, y resta quatre années, et ne fut pas réélu en 1963 en raison de ses « activités syndicales ».

Jean Moget devint instituteur à Meythet où il remaria en décembre 1982 puis divorça en 2002.

Jean Moget devint maire de Meythet en 1977, succédant à un maire du Mouvement républicain populaire. Il effectua deux mandats jusqu’en 1989.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145788, notice MOGET Jean, Louis par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 mars 2013, dernière modification le 18 novembre 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Notes de Rémy Pergoux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément