MONTEBELLO Hélène, épouse MAIRE

Par Jean-Marie Conraud

Née le 8 novembre 1922 à Spoltore (Abruzzes, Italie), morte le 3 juin 2022 à Besançon (Doubs) ; employée de maison, ouvrière, salariée dans la sidérurgie ; permanente dans l’équipe JOCF de l’Est ; militante de l’Association populaire des familles.

Les parents d’Hélène Montebello, seconde de six enfants, étaient de simples journaliers. Après deux séjours en Amérique, son père tenta sa chance en venant clandestinement chercher du travail en France. La petite fille le rejoignit en 1924 avec sa mère et son frère. Installé à Herserange dans le bassin sidérurgique de Longwy (Meurthe-et-Moselle), il trouva un emploi à l’usine de Senelle-Maubeuge. Adhérent à la CGT sans être militant, il participa activement aux grèves de 1936 avec occupation des locaux. Les frères de Hélène Montebello étaient plus proches de la CGT et du PC que de la JOC.

Hélène Montebello suivit l’école primaire jusqu’au certificat d’études. Elle entra ensuite à l’ouvroir où l’on apprenait la couture, le repassage et différentes activités ménagères sous la direction de deux religieuses. L’une d’elles lui fit connaître la JOC. En 1938-1939 elle participa au démarrage de la section JOCF d’Herserange qui préparait le rassemblement de Rome, annulé à cause de la guerre.

Pendant l’été 1939, la famille Montebello fut évacuée à Gornac (Gironde). Par l’intermédiaire de Lucile Riscaldino, responsable fédérale de Bordeaux, Hélène Montebello trouva du travail dans une pension de famille qu’elle quitta au bout de dix-huit mois. En 1942, elle fut employée de maison à Hossegor (Landes) dans une famille bourgeoise originaire du Nord. Quand elle put regagner la zone occupée, au début de 1943, elle devint femme de chambre dans ce département.

De retour à Herserange à la fin de la même année, elle travailla comme pontonnière à l’usine sidérurgique de Senelle. Deux ans plus tard, elle obtint un emploi de bureau à l’atelier central qui lui laissait plus de liberté pour s’occuper de la JOC. En mai 1945, en session intensive à Nancy, elle fut impressionnée par le nombre de militantes et le sérieux du travail en commissions. Le thème de la campagne d’année était « l’amour ».

Choisie comme présidente fédérale en octobre 1945, Hélène Montebello fut sollicitée en 1946 pour rejoindre l’équipe de permanentes chargées de la Province de l’Est qui réunissait, sous la responsabilité d’Yvonne Sommeille*, les fédérations de Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté. Le 18 mai 1947, elle anima la fête du 25e anniversaire de la JOC à Longwy avec Eugène Descamps et prit la parole en public pour la première fois. Déléguée en 1950 au grand rassemblement international de Bruxelles, elle fut remplacée par Henriette Schwartzmann et participa à un voyage à Rome avec toutes les autres permanentes (une centaine). En septembre 1950 elle quitta l’équipe de l’Est pour le magazine de la JOCF, Sillage, où elle fut chargée de plusieurs rubriques et de rencontres avec des lectrices.

Ayant quitté Paris en 1953, elle se maria à Herserange avec Marcel Maire, professeur dans l’enseignement technique, militant au SGEN-CFDT. Ils allaient avoir cinq enfants. Avec d’autres jocistes, la jeune femme lança une Association populaire des familles dans le quartier de Palente. Elle présida l’APF de 1971 à 1975. En 1967, elle s’était aussi engagée dans l’association de parents d’élèves (FCPE) au lycée Pergaud puis au collège Proudhon. En 1972, elle fut choisie comme responsable de la section FCPE pour plusieurs années. L’APF, devenue CSCV puis CLCV, se développa sur Besançon avec les familles de toutes origines qui disposaient d’un lieu d’information, permettant de faire face aux problèmes de la vie quotidienne avec l’aide d’un juriste.
Son époux, Marcel Maire, décéda le 23 juin 2009.

Elle mourut à Besançon à l’âge de 99 ans. Une cérémonie religieuse eut lieu le 9 juin en l’église Saint-Pie X à Besançon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145871, notice MONTEBELLO Hélène, épouse MAIRE par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 2 avril 2013, dernière modification le 23 juin 2022.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCE : Renseignements fournis par l’intéressée. — Mail de son neveu, Fabrice Montebello, professeur à l’Université de Lorraine, 6 juin 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément