MOUGARD Georges

Par Jean Hentzgen

Né le 7 avril 1922 à Nantes (Loire-Atlantique), mort le 30 mars 2013 à Nantes (Loire-Atlantique)  ; contrôleur des PTT à Paris  ; syndicaliste CGT  ; militant trotskyste.

Georges Mougard, contrôleur des PTT, s’engagea, à la Libération, sur les plans politiques et syndicaux. Il milita aux Jeunesses socialistes (JS) dont il approuva l’orientation de plus en plus à gauche. Quand, en juin 1947, la direction de la SFIO décida de dissoudre le bureau national des JS, Georges Mougard devint membre de ce bureau. Il participa ensuite à la tentative de fusionner les JS avec les trotskystes du Parti communiste internationaliste (PCI) afin de constituer un parti révolutionnaire conséquent. Cette opération échoua au début de 1948 mais à ce moment-là, Mougard avait déjà rejoint le PCI où il s’intégra à la tendance de gauche. Par ailleurs, il milita à la Fédération postale (FP) CGT. Comme il fut très actif durant les mouvements sociaux de 1947, l’administration des PTT le suspendit de ses fonctions pour faits de grève. L’année suivante, il fut élu à la commission exécutive de la FP-CGT. Travaillant au bureau de poste Paris 124, il continua de participer aux mouvements revendicatifs des postiers, particulièrement à la grève d’août 1953.

Lors de la scission du PCI en 1952, Georges Mougard opta pour le PCI dit « majoritaire », exclu de la IVe Internationale. Membre titulaire du comité central en 1954, il entra en conflit cette année-là avec Pierre Lambert, principal dirigeant du PCI majoritaire. Ce dernier se défiait de Georges Frischmann, dirigeant combatif de la FP-CGT et cadre communiste, que Georges Mougard considérait comme le dirigeant potentiel d’une opposition dans le PCF. En conséquence, il rejoignit les opposants à Pierre Lambert groupé autour de Marcel Bleibtreu. Quand celui-ci fut exclu en mars 1955 avec Michel Lequenne, Georges Mougard les suivit avec la plupart des postiers du PCI, dont Charles Margne dont il était proche. Ils fondèrent le groupe bolchevik-léniniste (GBL) qui ne comptait qu’une douzaine de membres. Cette petite organisation éclata l’année suivante quand Marcel Bleibtreu et Michel Lequenne décidèrent de rejoindre la Nouvelle Gauche. Comme les autres postiers du GBL, Georges Mougard refusa de les suivre car ils ne voulaient pas adhérer à une organisation « bourgeoise ».
Il termina sa carrière de postier au centre de tri PTT de Paris Brune où il avait bien connu Thierry Renard.
Il resta adhérent à la CGT jusqu’à son décès en 2013 à Nantes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145896, notice MOUGARD Georges par Jean Hentzgen , version mise en ligne le 4 avril 2013, dernière modification le 17 janvier 2022.

Par Jean Hentzgen

SOURCES : CERMTRI cartons PCI 52 à 55. – J-J. Ayme, Jeunesses socialistes 1944-1948, Amalhée, 2008. – Jean Hentzgen, Agir au sein de la classe, les trotskystes français majoritaires de 1952 à 1955, Université de Paris I, 2006. – Entretien avec Michel Lequenne le 15 mars 2013. – Fichier INSEE des décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément