MONNIER Marcel, Amand, Arthur

Par Jacques Girault

Né le 1er septembre 1920 à Dortan (Ain), mort le 3 avril 2007 à Nantua (Ain) ; instituteur dans l’Ain ; militant communiste, adjoint au maire d’Oyonnax ; militant associatif.

Carte d’identité pendant la guerre.
Carte d’identité pendant la guerre.

Ses parents, père ouvrier tourneur sur bois, fabricant des jeux d’échec, et mère vernisseuse, déjà pauvres, subirent les effets de la crise économique des années 1930 et leur maison fut détruite par les Allemands en 1944. Marcel Monnier se détacha à l’adolescence de la pratique catholique. Élève de la section commerciale de l’école nationale des matières plastiques d’Oyonnax, en raison des difficultés financières, il dut interrompre ses études au bout d’un an. Grâce à l’intervention du directeur et d’un professeur, il fut admis à l’internat qui fut remboursé par la suite. Reçu en 1936 au brevet commercial, il entra en 1938 à l’École normale d’instituteurs de Bourg-en-Bresse. Après avoir obtenu le brevet supérieur, il devint instituteur à Cerdon puis à Ambérieu.

Ayant suivi la préparation militaire, envoyé en chantier de jeunesse à Cormatin (Saône-et-Loire), il refusa de partir au Service du travail obligatoire et rejoignit la Résistance (groupe Lançon dans le maquis du Haut-Jura) sous le pseudonyme de « Marcel Denis ».

Il se maria religieusement en novembre 1945 à Plagne (Ain) avec la fille d’un cultivateur dont la ferme avait été détruite par les Allemands. Le couple eut une fille qui, seule, reçut le baptême catholique, puis deux garçons.

A la Libération, instituteur à Saint-Etienne-de-Chalaronne, à Bourg-en-Bresse, à Echallon, Marcel Monnier fut nommé en décembre 1945 à Oyonnax (école de la place des Déportés, puis directeur de la nouvelle école de la Forge), Il suivit une formation à Vence auprès de Célestin Freinet et fut un adepte des méthodes pédagogiques de l’École moderne. Avec ses élèves, il élabora et imprima une brochure « Oyonnax et son industrie » et une « histoire du peigne » qui fut reprise dans un numéro de Bibliothèque du Travail. Il prit sa retraite en 1976.

Membre du Syndicat national des instituteurs, militant pour l’école laïque, il s’investit dans la signature de la pétition contre la loi Debré en 1959

Membre du Parti communiste français depuis 1944, trésorier de la cellule communiste, membre du bureau de la section communiste, responsable du travail des élus, Monnier fut élu conseiller municipal minoritaire à partir des élections municipales d’Oyonnax de 1947. Réélu en 1953 et en 1959, il conduisait les liste communistes aux élections municipales de 1965 et de 1971. En 1977, la liste d’union de la gauche à direction communiste l’emporta. Il devint premier adjoint, délégué aux finances. Il fut désigné au conseil de district et au conseil d’administration de l’Office municipal d’HLM. Il créa les conditions financières pour la réalisation du centre culturel Aragon, inauguré en mars 1983.

Marcel Monnier, candidat aux élections législatives en 1962 dans la deuxième circonscription (Nantua-Oyonnax- Belley), obtint 8 563 voix sur 68 401 inscrits. Bénéficiant du désistement du candidat socialiste, il réunit 12 642 voix au deuxième tour. Il fut candidat au Conseil général dans le canton d’Oyonnax en 1958 (3 378 voix puis 3 810 voix au deuxième tour), en 1964, en 1970 et candidat aux élections sénatoriales.

Marcel Monnier était également actif dans la société des naturalistes comme mycologue averti, dans l’association du Sou des écoles laïques d’Oyonnax, dans la Ligue de l’enseignement. Sportif (football), il créa et présida la section de tennis de table qui organisa les championnats de France de cette discipline en 1974. Membre puis président de la société de pêche, il militait pour la protection de l’environnement en luttant contre la pollution des rivières. Co-fondateur des « jeudis » devenus « mercredis de la neige » destinés aux élèves des écoles primaires, il fut dans les années 1990 un des invités du Dauphiné libéré où il narra les grandes étapes de sa vie.

La cérémonie civile au nouveau cimetière d’Oyonnax accompagna le dépôt des cendres à Dortan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145936, notice MONNIER Marcel, Amand, Arthur par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 avril 2013, dernière modification le 27 avril 2022.

Par Jacques Girault

Carte d'identité pendant la guerre.
Carte d’identité pendant la guerre.
Réunion des pompiers d'Oyonnax entre 1977 et 1983,
Réunion des pompiers d’Oyonnax entre 1977 et 1983,
Monnier troisième en partant de la gauche.

SOURCES : Arch. Mun. Oyonnax (Tereza Le Fellic). — Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par Yvette Jannet et Alain Monnier, enfants de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément