BLIN Émile, Georges, Auguste

Par Daniel Grason

Né le 21 avril 1922 à Paris (XIVe arr.), fusillé le 24 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cantonnier ; militant communiste ; résistant dans les FTPF.

Émile Blin.
Émile Blin.

Fils de Georgette Humbert, vendeuse, Émile fut reconnu par sa mère et Jean Blin le 14 novembre 1922, et légitimé par leur mariage le 20 novembre. Émile Blin demeurait 32 avenue Jean-Jaurès à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Il se maria le 9 mai 1942 avec Lucienne Bénys en mairie d’Ivry-sur-Seine. Il adhéra au Parti communiste clandestin en juillet 1943, et fit partie d’un groupe de FTP de la région Paris-Sud.
Il participa le 9 juillet à l’incendie d’un garage près de la gare de Sceaux (Seine, Hauts-de-Seine). Sur sa demande, il fut affecté aux Jeunesses communistes en octobre, et il assuma la fonction de responsable technique des Jeunes pour la région. Il devint permanent appointé deux mille cinq cents francs par mois.
Il fut appréhendé par des policiers des Renseignements généraux le 5 décembre 1943 alors qu’il se présentait au dépôt de matériel au 38 rue Émile-Raspail à Arcueil (Seine, Val-de-Marne) pour y prendre livraison de tracts. Deux machines à ronéotyper dont une électrique, plus de vingt mille tracts, papillons, affichettes ainsi que de l’encre, des stencils et des ramettes de papier blanc furent saisis. Lors de la perquisition de son domicile clandestin du 18 rue Moïse à Ivry-sur-Seine, quatre cents tracts ronéotypés destinés aux jeunes intitulés « Vers l’avenir » et « À l’action » furent saisis.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales à la préfecture de police, il fut ensuite livré aux autorités allemandes. Émile Blin fut jugé et condamné à mort par le tribunal du Gross Paris, rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) le 16 mars 1944 pour activités de franc-tireur. Il fut passé par les armes le 24 mars 1944 au Mont-Valérien.
Il est inhumé dans le carré militaire du cimetière d’Ivry-sur-Seine. Après la Libération, le conseil municipal donna son nom à une rue de la ville. Il fut reconnu comme FTP à titre posthume.

Le 19 mai 2017, fut inaugurée un ensemble de logements sociaux de l’OPH d’Ivry : la cité Émile Blin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146002, notice BLIN Émile, Georges, Auguste par Daniel Grason, version mise en ligne le 14 avril 2013, dernière modification le 16 janvier 2021.

Par Daniel Grason

Émile Blin.
Émile Blin.

SOURCES : Arch. PPo. BA 2117, BA 2309, KB 32, PCF carton 8, PCF carton 15 activité communiste pendant l’Occupation, 77W 780. – DAVCC, Caen, Boîte 5 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Paris (XIVe arr.).

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 142 cliché du 11 décembre 1943.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément