NION Pierre, Arthur

Par Manuella Noyer

Né le 24 mai 1901 à Angers (Maine-et-Loire), mort le 3 mai 1958 à Angers ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI et de la CGT-FO du Maine-et-Loire ; mutualiste.

Fils d’un tapissier, Pierre Nion, instituteur dans l’enseignement public à Angers, membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, intervint, le 29 décembre 1945, lors du congrès national du Syndicat national des instituteurs, sur la question des rapports du syndicalisme et de la politique. Il était aussi membre du conseil syndical de la section départementale de la Fédération de l’Éducation nationale.

Pierre Nion était aussi membre du conseil d’administration de Tourisme et Travail jusqu’à 1947, membre du conseil départemental des colonies de vacances, membre du conseil régional de la sauvegarde de l’enfance.

Il fut également l’un des fondateurs au printemps 1948 de l’Union départementale confédérée du Maine-et-Loire, affiliée à la confédération CGT-Force Ouvrière, tout en étant toujours membre du SNI. Au sein de cette UD, on retrouva alors des syndicats CGT-FO avec Raymond Patoux, de la CNT avec Gabriel Tharreau* et une partie du SNI. Il devait animer le courant du SNI partisan de l’adhésion à la CGT-FO, affilié aussi à la FEN-FO.

Pierre Nion assuma, du printemps 1948 à juin 1954 au moins, les fonctions de secrétaire adjoint de l’UD CGT-FO et fut ainsi le numéro deux de celle-ci.
Il fut également administrateur de la Caisse primaire de sécurité sociale d’Angers et s’intéressa particulièrement à la formation professionnelle au manque de logements, à la formation des militants et au syndicalisme international.

Pierre Nion se maria le 29 mars 1932 à Angers avec Marguerite Viaud, sans profession. Le couple eut quatre fils.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146102, notice NION Pierre, Arthur par Manuella Noyer, version mise en ligne le 20 avril 2013, dernière modification le 3 mai 2022.

Par Manuella Noyer

SOURCES : Arch. Dép. du Maine- et-Loire, 303W9, monographie départementale, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur en 1953. — Arch. mun. Angers (Gilles Neau), 1 F 64, 67, 50, 52. — Arch. de l’Union départementale de l’UD CGT-Force ouvrière de Maine et Loire. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 14 juin 1948, 19 octobre 1950, 10 juin 1954. — Manuella Noyer, L’Union départementale CGT-Force Ouvrière du Maine-et-Loire (1948-1956), mémoire de maîtrise, Université d’Angers, 2003. --- Notes de Louis Botella et de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément