BERNIÈRE Roger, Sébastien

Par Jean-Marie Guillon

Né le 23 mai 1923 à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), abattu le 24 juin 1944 à Briançon (Hautes-Alpes), maquisard au sein de l’Armée secrète (AS).

Fils de Marius Bernière et de Joséphine Cantarel, célibataire, le gendarme Roger Bernière avait rejoint le maquis AS de Fréjus, situé au dessus du Bez (Hautes-Alpes), il fut fait prisonnier lors de l’attaque allemande du 17 juin 1944 avec Henri Robert*. Les deux hommes furent incarcérés à Briançon, caserne Berwick, et abattus à coups de mitraillette le 24 juin alors qu’ils croyaient être libérés. Leurs corps furent trainés dans la rue Général-Colaud et laissés du 24 juin 22 heures jusqu’au lendemain, 11 heures. Une plaque commémorative a été apposée à leur mémoire sur le lieu de leur exécution.

Déclaré « Mort pour la France » par le secrétariat général des anciens combattants le 6 septembre 1945 avec la mention « Soldat des forces françaises de l’intérieur », Roger Bernière fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 17 décembre 1968. Son nom figure sur le monument des martyrs de la Résistance du canton de Salon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146169, notice BERNIÈRE Roger, Sébastien par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 10 septembre 2013, dernière modification le 13 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 149W94. ⎯ Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 21151 et AC 21 P 732709, Vincennes GR 16 P 52482 (nc). ⎯ Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, Hautes-Alpes, secteur F-Briançonnais. — Jacqueline Routier, Briançon à travers l’histoire, Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, 1981. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément