MEYÈRE Marius, Louis

Par Jean-Marie Guillon

Né le 24 avril 1910 à Peipin (Basses-Alpes), abattu le 9 août 1944 à Tallard (Hautes-Alpes) ; gendarme ; Armée secrète (AS)-Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

D’ascendance alsacienne, fils de Henri Meyère et d’Augustine Parraud, marié à Juliette Jourdan, père de deux enfants, le gendarme Marius Meyère appartenait à la brigade de Serres (Hautes-Alpes), qui constituait un appui solide pour la Résistance. Il participait à la réception de parachutages d’armes. Passé dans la clandestinité, homme de confiance du capitaine Oherne, commandant la gendarmerie des Hautes-Alpes, il conduisait sur sa moto le commandant départemental FFI, Paul Héraud Dumont*, le 9 août pour le conduire à son PC de Savournon (Hautes-Alpes) lorsqu’il fut arrêté à un barrage allemand au Logis Neuf, sur la commune de Tallard. Il fut abattu alors que Paul Héraud tentait de s’échapper, avant d’être rejoint et abattu à son tour.

Une stèle au bord de la RN 85 rappelle le souvenir de cette tragédie. Le nom de Marius Meyère a été donné à une rue de Serres.

Il obtint le titre de « Mort pour la France » et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 23 juillet 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146190, notice MEYÈRE Marius, Louis par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 26 avril 2013, dernière modification le 13 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCE : Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 92171 et Vincennes GR 16 P 415563 (nc) 21 P. ⎯ Richard Duchamblo, Cahiers "Maquisards et Gestapo", Gap, Ribaud Frères, 19 cahiers 1945-1949, reprint 2005, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, tome 1, 6e cahier, 1946.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément