PIC Pierre

Par Jean-Marie Guillon

Né le 24 août 1922 à La Grave (Hautes-Alpes), exécuté le 11 août 1944 à La Grave (Hautes-Alpes), au lieu-dit « Le Pont de l’Eglise ».

Cliché transmis par Alexandre Courban

Fils de Théophile , "facteur des Postes" et de Clémentine Jacob, ménagère.
Cultivateur, ce jeune homme de La Grave, que tout le monde appelait « Pierrot », avait évacué le village avec d’autres habitants et les FFI devant l’avancée d’une redoutable colonne de l’Ost-Legion de la Wehrmacht. Le 11 août 1944, voyant le hameau du Puy-Golèfre brûler et croyant l’ennemi pris à partie par la Résistance, il voulut revenir au village pour participer aux opérations. En fait, les troupes allemandes y stationnaient encore. Il fut pris avec son ami Gustave Jouffrey à l’entrée de la localité. Les deux jeunes hommes furent abattus à l’intérieur de l’Hôtel Castillan, tout à côté du lieu de leur arrestation. Une stèle a été érigée là à leur mémoire.

Déclaré « Mort pour la France » le 1er décembre 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146197, notice PIC Pierre par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 11 septembre 2013, dernière modification le 16 août 2017.

Par Jean-Marie Guillon

Cliché transmis par Alexandre Courban

SOURCES : Richard Duchamblo, Cahiers « Maquisards et Gestapo », Gap, Ribaud Frères, 19 cahiers 1945-1949, reprint 2005, Gap, Éditions des Hautes-Alpes, tome 1, 5e cahier. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément