CLIN Jules, Arthur

Par Didier Bigorgne

Né le 25 septembre 1904 à Sedan (Ardennes), mort le 3 septembre 1971 à Sedan ; maçon, puis ouvrier métallurgiste ; syndicaliste et militant communiste ; dirigeant de l’UD-CGT des Ardennes (1947-1953), puis du Parti communiste des Ardennes (1953-1959) ; maire adjoint de Sedan en 1971.

Fils de Henri Clin, ouvrier de filature, et de Victoire Pougin, lingère, Jules Clin fréquenta l’école primaire à Sedan jusqu’à la Première Guerre mondiale. À la fin du conflit, il devint jeune ouvrier à la Société du gaz. Il partit ensuite à Nancy (Meurthe-et-Moselle) pour travailler comme manœuvre dans une entreprise de maçonnerie. Le 4 juin 1927, il y épousa Juliette, Joséphine Millotte, sans profession, qui lui donna une fille. Après le décès de son épouse emportée par la tuberculose, Jules Clin revint s’installer à Sedan. Il exerçait la profession d’électricien aux Aciéries de Longwy quand il se remaria avec Angèle, Marie Martin, sans profession, le 16 mars 1935 ; de cette nouvelle union naquit un garçon.

Syndiqué à la CGT, Jules Clin participa activement aux grèves en 1936. À cette date, il adhéra au Parti communiste qu’il représenta aux élections des 10 et 17 octobre 1937 pour le conseil général dans le canton de Sedan-Sud : il échoua au premier tour en obtenant 1 030 voix sur 5 452 inscrits et 4 313 votants. Après la grève du 30 novembre 1938 qu’il mena aux Aciéries de Longwy, il fut licencié de l’usine. Il retrouva alors du travail en qualité d’agent d’assurances au groupe Le Devoir.

Mobilisé à Montmédy (Meuse) en septembre 1939, Jules Clin combattit les armées allemandes en Champagne avant d’être fait prisonnier. Interné dans un camp à Mannheim, il ne fut libéré qu’à la fin de la guerre. À son retour en France, durement éprouvé par les années de captivité, Jules Clin dut subir une grave opération. Reconnu invalide de guerre à 85 % , il reçut la Médaille militaire.

Réintégré aux Aciéries de Longwy en 1947, en qualité de machiniste, Jules Clin reprit la lutte syndicale. Membre du bureau du syndicat CGT des Métaux de Sedan, il entra à la commission exécutive de l’UD-CGT des Ardennes lors du congrès départemental des 13 et 14 avril 1947, pour y siéger jusqu’au 1er mars 1953. En décembre 1954, il fut élu conseiller prud’homme, section industrielle, de l’arrondissement de Sedan ; il exerça son mandat jusqu’à sa mort. De 1950 à 1971, Jules Clin assuma des responsabilités d’administrateur à la Sécurité sociale : à la Caisse primaire des Ardennes où il occupa le poste de secrétaire à partir du 1er octobre 1964, à la Caisse régionale du Nord-Est dont il fut le vice-président de 1954 à 1956.

Parallèlement à ses activités syndicales, Jules Clin devint un dirigeant et un élu du Parti communiste des Ardennes. Il fut membre du comité fédéral de mars 1953 à juin 1959. Conseiller municipal de Sedan du 19 octobre 1947 au 21 mars 1971, avec une interruption de 1959 à 1965, il occupa le poste de deuxième adjoint au maire Gilles Charpentier après la victoire de la liste d’Union de la gauche au second tour des élections municipales de 1971. Il était chargé des affaires sociales, des problèmes du logement et du troisième âge.

Victime d’un malaise cardiaque à la sortie d’une réunion avec les locataires de la ZUP de Sedan, Jules Clin mourut brutalement dans l’exercice de son mandat municipal. À l’occasion de ses obsèques civiles qui rassemblèrent plus d’un millier de personnes le 7 septembre 1971 à Sedan, la presse locale rendit hommage au militant respecté et à l’élu dévoué, titulaire de la croix de chevalier du Mérite social. Aujourd’hui, une rue de Sedan porte le nom de Jules Clin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146264, notice CLIN Jules, Arthur par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 29 avril 2013, dernière modification le 29 avril 2013.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 3 M 7, 8 et 9. — Arch. comité national du PCF. — L’Ardenne syndicale 1947 à 1967. — L’Ardennais, 6 et 8 septembre 1971— Nouvelles des Ardennes, 12 septembre 1996. — Notice DBMOF par Henri Manceau. — Renseignements fournis par Henri Clin, fils de l’intéressé. — État civil de Sedan.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément